×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Dégressivité des aides à partir de juin

Vie professionnelle - mardi 11 mai 2021 12:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Les aides vont diminuer à partir du 1er juillet.
© GettyImages
Les aides vont diminuer à partir du 1er juillet.

Chômage partiel

Le ministère du Travail a tranché sur les restes à charges pour les entreprises protégées et qui ont été fermées administrativement :

  • Il passera à 15 % en juillet,
  • 25 % en août,
  • et retrouvera le seuil normal de 40 % à partir de septembre.

Pour le Groupement National des Indépendants : "il est urgent que la branche signe un accord APLD. Les partenaires sociaux doivent comprendre la vraie urgence".

D'autre part, l'exonération des cotisations patronales de sécurité sociale est maintenu en mai, mais s'arrête ensuite.

 

Fonds de solidarité

  • En juin, l'aide est modifiée. Elle sera calculée à raison de 40% des pertes de chiffres d'affaires avec un plafond de 20% du chiffre d'affaires
  • En juillet, l'aide descend à 30%
  • En août, l’aide descend à 20 %

« Nous n’avons pas été entendu s’inquiète Roland Héguy, président confédéral de l’Umih, nous voulions une dégréssivité en fonction des pertes réelles des établissements. Bruno Le Maire a choisi une dégressivité calendaire qui ne correspondra pas à la réalité. D’un territoire à l’autre, les établissements ne passeront pas le même été ».

Même constat de la part de Didier Chenet, président national du GNI, qui rappelle que les chutes de chiffres d’affaires connues dans la capitale et à Lyon durant l’été 2020 ont été catastrophiques. Le dirigeant syndical demande aujourd’hui l’exonération de charges sociales patronales, dès lors qu’il y aura au moins 50 % de perte de chiffre d’affaires.

Le fonds de solidarité s'arrêtera au 31 août 2021. 

Retrouvez toutes les évolutions des aides dans notre blog SOS Experts Covid-19

#Fondsdesolidarite  #Chomagepartiel #Covid19


Sylvie Soubes