×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

58 millions d'euros de taxe de séjour reversés... et alors ?, édito du journal du 16 janvier

Vie professionnelle - mardi 14 janvier 2020 10:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Airbnb s’est félicité, dans un communiqué, d’avoir reversé déjà plus de 58 M€ de taxe de séjour en 2019, un montant qui a doublé par rapport à 2018, indiquant aussi que près de 20 % de ces recettes bénéficiaient à des communes de moins de 3 500 habitants. Avec la collecte de la taxe de séjour, peut-on lire encore, Airbnb s’affirme comme un atout pour de nombreux territoires. Des lignes qui font bondir le président d’Umih hôtellerie française, Laurent Duc.
L’angélisme de la plateforme mais surtout sa capacité à vendre son image bienfaitrice insupporte le dirigeant syndical. La collecte de la taxe de séjour est inscrite dans la loi et si la plateforme s’y résout, c’est parce que les hôteliers réclamaient l’équité de traitement entre tous les acteurs de l’hébergement rappelle-t-il. En 2019, l’hôtellerie va reverser, quant à elle, près de 400 M€ de taxe de séjour. Une autre loi, qui porte sur les établissements publics de coopération intercommunale, permet désormais à des petites villes rurales de jouir de cet apport financier. “La plateforme communique sur le fait de payer quelque chose qu’elle devait payer”, et qui va prendre encore une autre tournure en 2020, dénonce le professionnel. En effet, depuis deux ans, l’application d’un taux minimum était prévu dans la loi de finance pour les collectivités n’ayant pas délibéré dans les délais sur le tarif applicable aux hébergements sans classement ou en attente de classement. Mais le dispositif n’a pas été retenu dans le projet de loi de finance 2020, amenant à exonérer de taxe de séjour une partie des acteurs non classés.

#Edito #TaxeDeSejour #Airbnb #Hotellerie 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services