×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Mauvais début de saison pour la montagne, Claude Daumas réclame des mesures immédiates pour éviter la casse

Vie professionnelle - mercredi 4 janvier 2017 08:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




Claude Daumas, président délégué du GNI (Fagiht) vient d'adresser un courrier à Jean-Marc Ayrault, Ministre des affaires étrangères et du développement international, aux secrétaires d'Etat Matthias Fekl et Martine Pinville, ainsi qu'aux préfets des départements de montagne, pour les alerter des difficultés rencontrées par les professionnels du tourisme qui craignent pour la survie des établissements et l'emploi. Dans sa lettre, Claude Daumas rappelle : « En prévision de la saison, les professionnels des hôtels, restaurants et débits de boisson ont procédé à des embauches mi-décembre. Or, à ce jour, il n'y a pas ou très peu d'activité. Le taux de fréquentation pour les fêtes de fin d'année est catastrophique ». En cause, écrit-il, la « faiblesse des réservations dues au déficit de neige les deux années précédentes » et « les défections de dernière minute liées à l'absence totale de neige dans la grande majorité des stations ». A l'heure actuelle « la trésorerie des entreprises est nulle et il faudra attendre les vacances d'hiver (février/mars) pour retrouver la capacité à faire face aux charges ». Le dirigeant syndicat estime que des mesures doivent être prises très vite. Il demande notamment un report des charges sociales et fiscales à la fin de la saison, des actions de soutien à la trésorerie en mobilisant la BPI et les banques et des dispositions pour faciliter le recours à l'activité partielle. Il souhaite également la tenue « d'une réunion d'urgence de la cellule de continuité économique afin qu'elle propose des solutions comme elle avait été amenée à le faire en novembre 2015. »

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services