×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

"Une rentrée mouvementée" : édito du journal du 1er septembre 2016

Vie professionnelle - mercredi 31 août 2016 14:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Cette semaine, élèves et enseignants retrouvent le chemin de l'école. Cette dernière rentrée scolaire du quinquennat de François Hollande s'annonce mouvementée avec la réforme du collège et l'instauration de nouveaux programmes. Plusieurs syndicats ont déjà appelé à la grève dans l'Éducation nationale pour le jeudi 8 septembre. Fin de la trêve estivale également pour la loi travail, promulguée le 8 août à l'issue de plus de cinq mois de conflit social. Un nouvel appel à la mobilisation générale et nationale, le 15 septembre, a été lancé par plusieurs syndicats pour réclamer son retrait. 

Autre source de mécontentement : le calendrier des vacances scolaires. Cette année, les vacances de la Toussaint commenceront le jeudi 20 octobre et finiront le mercredi 2 novembre. Une nouvelle organisation que dénoncent autant les parents d'élèves que les professionnels du tourisme. Ces derniers craignent un important manque à gagner en raison de cette semaine tronquée. Thierry Grégoire, président de l'Umih Hauts-de-France n'a pas hésité à qualifier cette décision de "non-sens économique" sur Europe 1.

Le Gouvernement justifie ce choix par le respect du rythme des enfants et la volonté de ne pas dépasser sept semaines de cours après la rentrée. La rentrée s'effectuant un jeudi, les élèves partiront donc en vacances un jeudi, et peu importe si les locations se font du samedi au samedi. Comme si, dans cette année déjà bien mal engagée, les professionnels du tourisme pouvaient se permettre de faire l'impasse sur une partie de leur chiffre d'affaires.

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services