×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Transition écologique : la Bretagne donne l'exemple

Restauration - jeudi 25 novembre 2021 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

L'Ademe Bretagne a mené une expérimentation inédite en France, en guidant 18 restaurants vers une démarche de transition écologique.



La transition écologique serait-elle réservée à quelques établissements spécifiques, green par essence ? Que nenni. C’est ce qu’a prouvé l’Ademe Bretagne. De septembre 2019 à septembre 2021, l’Agence de la transition écologique a ainsi épaulé 18 établissements régionaux dans une démarche d’excellence environnementale. Pizzeria, crêperie, étoilé ou restaurant de plage avec petit volume ou gros débits, tous ont joué le jeu.

Après avoir répondu à cet appel à candidatures, les établissements ont dû nommer un référent de transition écologique au sein de leurs équipes. Un bureau d’étude a dressé un état des lieux initial et accompagné les candidats qui devaient mettre en place 75 actions (dont 33 obligatoires), de la gestion de l’énergie à la réduction des déchets, en passant par les achats responsables, la préservation de la biodiversité, ou encore la politique sociale responsable. Autant de critères compatibles avec les exigences d’une certification d’envergure européenne. Un audit a permis de clôturer l’expérience.

Une meilleure gestion

Les clés de la réussite ? Il faut “déléguer du temps à un salarié”, car “un restaurateur ne peut pas porter tant de casquettes”, insiste Sophie Plassart, chargée de mission auprès de l’Ademe Bretagne. L’étude prouve aussi qu’il faut analyser avec soin les postes charges du bilan comptable : la réduction du gaspillage alimentaire peut en effet représenter de 250 à 14 000 € d’économie par an, selon la taille de l’enseigne, tandis que l’achat de bouchons mousseurs peut faire chuter de 30 % la consommation d’eau.

Cette expérimentation a servi de cadre pour élaborer le programme '1 000 restaurants durables' du Plan de relance. Elle a aussi donné lieu à la publication d’un guide pratique, disponible gratuitement sur le site de l’Ademe.

La démarche va être poursuivie en Bretagne, en Guadeloupe et en Nouvelle-Aquitaine : 65 restaurants pilotes devraient être recrutés par le biais d’un appel à candidatures (la date de dépôt des dossiers est fixée au 30 novembre 2021). Les restaurateurs des autres régions pourront bénéficier d’un accompagnement dans le cadre du fonds Tourisme durable.

 

#Ademe #TransitionEcologique #DeveloppementDurable


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services