Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Yannick Benjamin ouvre le premier restaurant 100 % accessible de Harlem

Restauration - lundi 22 février 2021 10:37
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

New York (ETATS-UNIS) Le sommelier franco-américain vivant à New-York, lui-même paraplégique, s'apprête à ouvrir en avril Contento, une table accessible aux personnes en situation de handicap. Une belle initiative, à suivre sans modération.



Le sommelier Yannick Benjamin, à New-York.
© Mikhail Lipyanskiy
Le sommelier Yannick Benjamin, à New-York.

En 2003, suite à un accident le laissant paraplégique, Yannick Benjamin voit son projet de carrière fortement mis à mal : en effet, être en fauteuil roulant ne rime pas aisément avec le fait de travailler dans un restaurant. Locaux inadaptés, personnel non formé à ces situations particulières, frilosité du secteur à embaucher des personnes en situation de handicap… tout est compliqué. Pour autant, ce passionné de la restauration ne perd pas courage, et parvient finalement à atteindre son rêve : devenir sommelier.

Il se fait créer un plateau sur mesure, qui lui permet de maintenir les verres en place tandis qu’il se déplace en fauteuil. “Ce plateau a été déterminant ; il m’a permis de faire mon métier avec assurance”, explique-t-il. Après un beau parcours new-yorkais - il a travaillé au célèbre restaurant Le Cirque à Manhattan, ainsi que chez Jean-Georges -, Yannick Benjamin œuvre finalement dans un club privé de la ville.

En parallèle, il se lance avec un associé dans l’ouverture de son propre restaurant, 100 % adapté aux fauteuils roulants. Baptisé Contento, l’établissement devrait ouvrir au printemps, à Harlem. “Son originalité, c’est son caractère inclusif ; les locaux sont non seulement adaptés aux personnes en fauteuil roulant, mais aussi à celles atteintes d’autres handicaps : non-voyants, etc. Certes, créer un lieu adapté représente des contraintes financières, et vous fait perdre quelques tables - leur espace étant attribué aux toilettes adaptés aux fauteuils, qui sont du coup plus larges. Mais les investisseurs doivent comprendre que créer un espace inclusif va ouvrir la porte à beaucoup plus de monde. En ce sens, c’est un bon retour sur investissement”, explique Yannick Benjamin.

 

Agir sur la formation

À Contento, il a notamment fait retirer la marche à l’entrée et a particulièrement veillé au choix des tables et fauteuils, sélectionnés pour leur confort et leur adaptabilité. En plus de sa future adresse, Yannick Benjamin continue à faire bouger les lignes dans la restauration, via l’association Wine on Wheels, qu’il codirige. “Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment du côté de la formation des équipes, qui doivent être mieux préparées à recevoir des clients en situation de handicap”.

Côté formation, et c’est là l’autre caractéristique de Contento : l’établissement sera ouvert aux stagiaires en situation de handicap, afin qu’ils puissent s’y former et justifier ensuite d’une expérience concrète auprès de futurs employeurs dans la restauration. Comme le rappelle Yannick Benjamin, “avoir fait un stage dans un restaurant est un facteur déterminant pour être employable dans notre secteur ; il est donc très important d’accueillir en stage des candidats en situation de handicap. Pour ma part, celui qui m’a embauché l’a fait parce qu’il m’a vu en situation, en train de travailler. Il a vu que ça fonctionnait.” D’où l’importance de “mettre en place beaucoup plus de programmes de training. D’autant que c’est aussi ça, le vrai sens de l’hospitalité : l’entraide.”

#YannickBenjamin #Harlem #NewYork #EtatsUnis #Handicap #Sommelier #Sommellerie 


Anastasia Chelini
De nombreuses difficultés pour les clients en fauteuil roulant se rendant au restaurant

"Imaginez la situation : on vous dit par téléphone que le restaurant ou l’hôtel est accessible, mais une fois sur place, vous vous rendez compte que ce n’est pas le cas. Il manque tout un tas d’éléments à l’accessibilité réelle des lieux : l’entrée a des marches, le personnel est perdu, il manque la clé pour ouvrir les toilettes pour personnes handicapées, ou bien la commande pour actionner l’escalier rétractable à l’entrée n’est pas présente sur place,  du coup, vous ne pouvez pas entrer dans le bâtiment ; et ainsi de suite. À la longue, c’est fatigant… Surtout lorsqu’il s’agit de bâtiments tout neufs ; eux n’ont aucune excuse pour ne pas être accessibles. Du coup, à force de difficultés, les personnes en fauteuil n’ont plus envie de sortir ou bien, elles se restreignent à quelques lieux éprouvés, habituels, où elles savent qu’elles pourront se déplacer sans trop de complications.” Heureusement, quelques pays témoignent d’une large prise de conscience, comme “l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Suède ”, détaille Yannick Benjamin.

En complément :
 Association Wine on Wheels
 Restaurant Contento
Journal & Magazine
Services