Jean Imbert rend hommage à sa grand-mère

Paris L'Acajou – premier établissement ouvert par le chef il y a quinze ans – cède la place à Mamie par Jean Imbert. Au menu, des recettes authentiques héritées de sa grand-mère, préparées uniquement avec des produits français.

Publié le 26 mars 2019 à 11:40

L’amour des fourneaux, c’est à sa grand-mère que Jean Imbert le doit. “Depuis tout petit, je cuisine avec ma grand-mère. Instinctivement, j’ai eu envie de partager tous ses plats”, explique-t-il. Le 15 mars, Mamie par Jean Imbert a ouvert ses portes, en lieu et place de L’Acajou, à Paris (XVIe). Blanquette de veau, bouillon, asperges grillées sauce mousseline, crème caramel, mousse au chocolat… La carte, composée uniquement de produits français et renouvelée tous les deux mois, reprend les meilleures recettes de sa grand-mère. “Ce n’est pas revisité, on ne fait pas une émulsion d’endive... Le chef, c’est ma grand-mère, ce sont ses recettes. Elle passe d’ailleurs le plus souvent possible en cuisine. Par contre, on essaie de faire les cuissons les plus justes, on fait très attention à l’approvisionnement, et puis il y a certains twists. Par exemple, j’adore mettre des copeaux de radis verts ou bleus dans la blanquette de veau, à la place des champignons de Paris”, souligne-t-il.

 

Comme à la maison

Côté desserts, la grand-mère de Jean Imbert travaille à quatre mains avec le chef pâtissier du palace parisien Le Meurice, Cédric Grolet. “Pour les œufs à la neige, Cédric a placé la crème dans un œuf en trompe-l’œil”, glisse Jean Imbert.

L’ancien élève de l’institut Paul Bocuse et gagnant de l’émission Top Chef a voulu insuffler à cette adresse un esprit “comme à la maison”. Le restaurant, entièrement redécoré par l’agence d’architecture Atelier Victoria Migliore, mêle papier-peint fleuri, objets chinés et photos de famille. À table, la plupart des plats sont à partager. “Les plats sont servis dans des casseroles en cuivre ou des cocottes Le Creuset, exactement comme chez ma grand-mère”, précise-t-il.

À peine ouverte, l’enseigne affiche complet pour les deux prochaines semaines. Un accueil que Jean Imbert explique simplement : “Il y a dix ans, c’était moderne de faire des poudres et des émulsions. Aujourd’hui, je pense que l’authenticité et l’histoire qui accompagnent un plat sont l’avenir de la restauration.”

TopChef Jean Imbert #Paris# #CédricGrolet#


Photo

Publié par Violaine BRISSART



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de rang H/F

31 - TOURNEFEUILLE

Le restaurant BRUT à Tournefeuille (31) recherche chef de rang (F/H) passionné(e) et motivé(e). Le restaurant est fermé le samedi midi, dimanche et lundi. Envoyez CV et lettre de motivation à antoine.brand@free.fr

Posté le 25 février 2024

Cuisinier H/F

30 - CHAMBORIGAUD

Hautes'Cevennes Gard, resto tradi type Bouchon rech pour saison été (avril-sept) Cuisinier pro et responsable. Exp pâtisserie appréciée. Possibilité couple avec serveur/se. lebouchoncevenol@gmail.com

Posté le 25 février 2024

Responsable de salle H/F

Suisse

SUISSE - VALAIS, HÔTEL LE GD CHALET FAVRE, Boutique hôtel de 15 chambres, Restaurant de 50 places, sous la même direction que le Gd Hôtel Bella Tola & St-Luc, cherchons pour compléter notre équipe pour la saison d'été, à partir de mi-juin 2024: un(e) CHEF(FE) DE SERVICE - RESPONSABLE DE SALLE (F

Posté le 25 février 2024