×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

#Attractivité - Emmanuel Achard (GNI) : "Le salaire n'est plus suffisant pour recruter"

Vie professionnelle - jeudi 2 juin 2022 09:20
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Réunis en commission mixte paritaire le 31 mai, les partenaires sociaux se sont retrouvés pour aborder le sujet de la grille de classification. L'occasion de faire le point avec le président de la commission sociale au sein du Groupement national des indépendants.



Emmanuel Achard : 'Dans beaucoup d'entreprises, les dirigeants ont été capables de se remettre en question.'
© DR
Emmanuel Achard : 'Dans beaucoup d'entreprises, les dirigeants ont été capables de se remettre en question.'

Le Groupement national des indépendants (GNI) a commandé une étude auprès du cabinet In Extenso sur les salaires pratiqués dans la profession. Elle a été menée avant la revalorisation salariale qui a eu lieu en ce début d’année, mais elle donne néanmoins des indications concrètes sur les salaires pratiqués dans le secteur. Cela a permis à la profession de rester dans la course de l’attractivité au niveau des salaires avec la signature d’une nouvelle grille, qui est “toujours d’actualité malgré l’inflation” - contrairement à d’autres secteurs - rappelle Emmanuel Achard, président de la commission sociale au sein du GNI. Une grille salariale qu’il convient de toute façon de relativiser : entre ceux qui payaient déjà au-dessus et la pénurie de main-d’œuvre qui pousse les candidats à gonfler leurs prétentions salariales, tout porte à croire que les salaires ne vont faire qu’augmenter.

Pour les partenaires sociaux, place désormais aux négociations concernant la grille de classification et les conditions de travail. Pour cela, plusieurs groupes de travail ont été formés : handicap, égalité professionnelle et qualité de vie au travail.

Pour Emmanuel Achard, “la crise de l’emploi fait qu’il y a un assainissement des mauvaises pratiques”. Néanmoins, il faut aborder les problèmes pour y remédier. L’ordre du jour de la dernière commission mixte paritaire, qui a eu lieu le 31 mai, portait sur la grille de classification. “Il faut à tout prix que les entreprises possèdent un outil lisible”, rappelle-t-il. Une grille a été soumise à signature. Affaire à suivre d’ici quatre semaines.

>> Lire aussiLes partenaires sociaux des CHR parviennent à un accord sur la grille de classification

Du sur mesure pour embaucher

Ce dont on s’aperçoit actuellement, c’est que la grille des salaires était une condition nécessaire dans le cadre de nos recrutements mais pas suffisante. Tout ce qui va au-delà, avec les conditions de travail, est également important. Le salaire n’est plus suffisant pour recruter. Le dirigeant est obligé de se remettre en question pour la pérennité de son entreprise, il doit s’adapter aux changements de la société”, insiste Emmanuel Achard. Preuve en est : si les entreprises n’évoluent pas très rapidement, elles n’arriveront plus à recruter, et c’est la mort assurée. On est désormais dans du sur mesure pour embaucher. Si ce discours peut paraître alarmiste, le syndicaliste tempère : “Nous observons que dans beaucoup d’entreprises, les dirigeants ont été capables de se remettre en question. Ils ont remis à plat les plannings, se sont posé des questions sur leur nombre de jours de fermeture, sur la question des coupures…” Mais si ces mesures représentent des avancées sociales, elles ont un coût pour l’entreprise. Des éléments qui seront abordés dans le cadre des groupes de travail pour les officialiser, avec comme chantier prioritaire : la coupure.

#GNI #attractivite

Romy Carrere

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services