×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Etablissements toujours fermés, les discothécaires montent le ton

Vie professionnelle - lundi 13 juillet 2020 10:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Plusieurs manifestations ont eu lieu en France, dont une dans la capitale, à proximité du ministère de la Santé.



Les exploitants de l’Eloge, en Vendée, étaient ce dimanche après-midi, place Vauban, à Paris, pour partager leur incompréhension et détresse : « Nous ne comprenons pas la décision du ministre de la Santé, qui refuse toujours la réouverture de nos établissements alors qu’un protocole sanitaire stricte a été mis sur la table et que l’état d’urgence sanitaire est terminé ». Suppression de la piste de danse mais délimitation de zones de danse séparées par du mobilier pour dix personnes maximum et d’un même groupe, imposer aux consommateurs de télécharger et d’activer l’application StropCovid, distributions de gel hydroalcoolique,  systèmes de renouvellement d’air et de désenfumage mis en marche continue et maximale… Des mesures strictes ont en effet été réfléchies et travaillées parles organisations professionnelles avec les différents ministères. « Dans nos lieux, nous canalisons la fête, nous l’organisons et nous ne laissons pas faire tout et n’importe quoi. Actuellement, on voit se démultiplier des fêtes sauvages au cours desquelles des produits stupéfiants circulent sans le moindre interdit. On marche sur la tête » s’insurge un autre discothécaire. « Le Gouvernement ignore notre agonie » déplore Thierry Fontaine, président d’Umih Nuit, qui annonce deux actions en justice. La première dès ce lundi auprès du Conseil d’Etat, réclamant la nullité du décret paru samedi dernier et qui prévoit de nouveau la fermeture des établissements, et une seconde, dans les prochains jours, « plus importante » et qui sera menée par maître David Metaxas.  « La discothèque est le seul commerce à rester fermer, mais elle continue de payer son loyer. On oublie aussi le personnel. Celui des vestiaires est payé au service, et ils ne touchent plus rien. Nous avons aussi des intermittents du spectacle, pour qui le manque à gagner est grave » s’indigne Olivier Robert, président du Sneg & Co, qui rappelle les chiffres du secteur : « 1 600 établissements à l’arrêt et 50 000 personnes pris à la gorge, à qui on ne donne aucun espoir ». La manifestation volontairement organisée à proximité du ministère de la Santé, a réuni plus de 200 personnes. D’autres ont eu lieu ailleurs dans l’Hexagone, notamment à Prades, ville du nouveau premier Ministre.

#coronavirus #deconfinement #discotheques #discothecaires #thierryfontaine #OlivierRobert #tousunis


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services