×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

4 heures pour fermer, 12 heures pour rouvrir, édito du journal du 18 juin

Vie professionnelle - mardi 16 juin 2020 12:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Les cafés et les restaurants franciliens ont appris lors de l’allocution du président de la République, dimanche soir, qu’ils allaient pouvoir, à leur tour, accueillir la clientèle à l’intérieur des établissements dès le lendemain. L’Île-de-France est passée en zone verte, une bonne nouvelle, mais ce redémarrage ne signifie pas reprise. Il faut nettoyer, remplir les frigos, refaire les stocks, gérer le personnel et réaménager la salle en fonction du protocole sanitaire. Ceux qui avaient une terrasse ont pu prendre un peu d’avance, mais tout le monde n’en a pas, même si la Ville de Paris permet de les étendre ou d’en créer ponctuellement. Toute réorganisation demande des délais. Sans parler des chefs qui privilégient ou ne travaillent que du frais. Après 93 jours de fermeture, les équipes, qui sont rarement au complet, ont eu peu de temps pour préparer le service du midi, avec des cartes et menus qui ne peuvent pas être les mêmes qu’auparavant. En tout cas dans l’immédiat. Le 14 mars, le secteur a eu 4 heures pour fermer, chacun s’en souvient. Et les franciliens ont eu droit à 12 heures pour remettre les machines en route. Avancer la date de réouverture totale était réclamée, mais pourquoi ne pas l’avoir annoncée un peu plus tôt ? Une pensée aussi pour les établissements de Guyane et de Mayotte, qui restent dans l’orange, et les discothèques, toujours fermées.

#edito #coronavirus #reouverture


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services