×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Une association à la rescousse du café de village, édito du journal du 26 septembre 2019

Vie professionnelle - mardi 24 septembre 2019 14:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Edouard Philippe, le Premier ministre, a présenté la semaine dernière un plan d’actions en faveur des territoires ruraux comprenant la création d’une nouvelle licence IV non transférable pour les communes qui en sont dépourvues. Une mesure réclamée par l’Umih à l’issue des Assises de la ruralité de Rodez, en 2018, et qui se félicite aujourd’hui de cette annonce. On ne connaît toutefois pas encore les modalités de sa mise en œuvre.

Le Gouvernement a également annoncé soutenir l’opération 1 000 cafés, lancée mi-septembre par le Groupe SOS. Ce groupe associatif d’économie solidaire et sociale, qui lutte contre l’exclusion, propose d’accompagner les municipalités de moins de 3 500 habitants dans la réouverture ou le maintien en activité du dernier café de village, de les aider à en faire des lieux “d’échanges citoyens et de développement local” offrant des services “déterminés avec les habitants”. Depuis plus de trente ans, la branche déplore et alerte l’opinion sur la mort progressive et régulière des bistrots de campagne et bourgs, pourtant nécessaires au lien social. D’autres acteurs de la filière tentent aussi de combattre leur disparition comme le prix Des cafés pour nos régions, Bistrots de pays ou Auberge de pays Logis. L’initiative du Groupe SOS est plus inattendue, mais elle s’inscrit dans une démarche concordante. Réussira-t-elle le pari ?

#Edito #GroupeSOS #1000Cafés #Ruralite


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services