Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Alexandre Freguin, nouveau meilleur sommelier d'Angleterre

Vie professionnelle - mercredi 18 juillet 2018 15:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Londres (GRANDE-BRETAGNE) Comme Gérard Basset en 2010, ce Français de 29 ans - qui n'a pas suivi de formation particulière - a décroché le titre, à Londres, après avoir été demi-finaliste l'année dernière.



Souvent considérés comme un passage obligé pour tout Français souhaitant améliorer son niveau d'anglais, les séjours outre-Manche réussissent particulièrement bien aux sommeliers, si l'on en croit le palmarès de la dernière édition du concours du meilleur sommelier d'Angleterre. Alexandre Freguin, le lauréat, fait figure à la fois d'exemple et de contre-exemple, puisqu'à l'inverse de la majorité des professionnels qui font le choix de s'expatrier, ce natif d'Aix-en-Provence n'a pas de formation spécialisée et encore moins de diplôme.

Le jeune homme, âgé de 29 ans, a tourné le dos à des études universitaires de droit, suivi un BTS option B en alternance tout en faisant le tri dans les matières pour ne se concentrer que sur celles qui l'intéressaient, mais a trouvé dans l'apprentissage la voie qui l'a conduit jusqu'à cette victoire. "C'était aux côtés du chef Pierre Reboul. J'ai aimé cet esprit d'équipe, les heures que l'on ne compte pas et le plaisir que l'on peut offrir aux clients." Au terme de l'apprentissage, direction Lyon et le restaurant L'Eskis de Samuel Desjobert. "Il m'a donné carte blanche et je me suis régalé. C'est là que j'ai commencé à parcourir le vignoble."

Rêveur devant les étiquettes

L'autodidacte décroche ensuite son premier poste de chef sommelier à La Cour des loges. "Un restaurant étoilé ! Jordan Marcet, responsable de la restauration, a cru en moi et, malgré mon cursus, il m'a offert cette chance. Dans la cave j'étais fasciné. Les autres croyaient peut-être que je picolais (sic), mais moi je rêvais devant les étiquettes !"

Lors d'un premier séjour en Angleterre, Alexandre Feguin rencontre Mark Birchall, qu'il retrouve après une saison en Corse et une autre chez Jean Sulpice. "Quand Mark a lancé le Moor Hall Restaurant & Rooms à Aughton, je l'ai rejoint et j'ai pu ensuite ouvrir la porte à d'autres sommeliers français."

Des Français si bien en Angleterre qu'ils étaient majoritaires dans l'équipe d'organisation du concours, et d'ailleurs c'est l'un d'entre eux, Nicolas Clerc, vainqueur de ce même concours en 2007, qui prend la présidence de l'association nationale des sommeliers. 


Jean Bernard
Quatre Français en demi-finale
Après une série de sélections régionales, douze candidats, dont six Français, étaient encore en course pour le titre. Quatre ont décroché leur place en demi-finale, où il ne restait plus que six candidats, et deux d'entre eux ont disputé la finale : Alexandre Freguin et Pierre Brunelli. Ce dernier, qui travaille à L'Enclume, à Cartmel, a pris la troisième place. C'est un Hongrois, Tamas Czinki (Northcote Manor, à Langho), qui a décroché la médaille d'argent à l'issue des épreuves disputées en public dans les salons de l'hôtel Savoy.

Une finale à laquelle assistait Gérard Basset, meilleur sommelier du monde 2010 sous les couleurs britanniques, et de ce fait le plus célèbre des sommeliers français d'Angleterre.
Journal & Magazine
Services