×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Après le braquage du Ritz, l'Umih craint pour l'image de la France

Vie professionnelle - vendredi 12 janvier 2018 08:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      





Le braquage qui a eu lieu au Ritz mercredi est un événement "traumatisant pour les clients présents au moment des faits et aux conséquences importantes pour l'image de la France" estiment l'Umih et sa branche Umih Prestige, rappelant qu'il "intervient à un moment où les pouvoirs publics, avec la profession, mettent en oeuvre un ensemble de mesures pour renforcer la sécurité des clients et des touristes". Le syndicat patronal souhaite que label 'Secursite' qui "permet de renforcer les liens entre les hôteliers et les pouvoirs publics" grâce à une convention de site entre les acteurs : maire, préfet, organisation professionnelle, soit déployé sur l'ensemble du territoire. Jusqu'à présent, seule Paris a mis en place cette convention de site en juillet 2017. L'Umih réclame également que les agents de sécurité puissent intervenir aux abords des établissements. « Aujourd'hui, ces derniers ne peuvent exercer leurs fonctions qu'à l'intérieur des bâtiments ou dans la limite des lieux dont ils ont la garde et ne peuvent intervenir au-delà sans une autorisation du préfet à titre exceptionnel. »

Journal & Magazine
Services