×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Jean-Luc Rabanel : "Mes projets ne remettent pas en cause L'Atelier"

Vie professionnelle - lundi 18 janvier 2016 16:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Arles (13) Candidat à la reprise de l'hôtel Richer de Belleval à Montpellier, finalement remporté par les frères Pourcel, le chef doublement étoilé étudie d'autres opportunités de développement, mais n'envisage pas de quitter Arles où il possède deux établissements.



Jean-Luc Rabanel est impliqué dans de nouveaux projets avec l'espoir d'en voir certains se  concrétiser.
Jean-Luc Rabanel est impliqué dans de nouveaux projets avec l'espoir d'en voir certains se concrétiser.


L'Hôtellerie Restauration : Votre nom est apparu dans l'ultime liste des dossiers en course dans le cadre de l'appel d'offres pour la reprise de l'hôtel Richer de Belleval, à Montpellier. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Jean-Luc Rabanel : En fait, cette opération avait pour cadre ma société Rabanel Conseil et accompagnait un projet porté par le groupe Histoire et Patrimoine. Il voulait associer l'aménagement d'appartements haut de gamme et un ensemble de restauration dont j'aurais eu la responsabilité sur 600 m².

 

Cela sous-entendait-il que vous auriez quitté Arles ?

Pas du tout ! Mes projets ne remettent pas en cause L'Atelier ni le Bistrot à Côté. Le premier reste ma galerie d'expression et de création culinaire. Il n'a pas bougé et n'entrera dans aucun cadre codifié. Le second, avec sa propre personnalité, permet d'assurer l'équilibre économique de l'ensemble. Car il faut bien reconnaître que deux étoiles dans cette partie de la Provence ne rapportent pas, car la zone de chalandise n'est pas suffisante. Et si le Bistrot fonctionne bien, je ne peux pas déshabiller l'un pour habiller l'autre.

 

Envisager un développement ailleurs est donc nécessaire ?

Bien sûr, il faut savoir décrypter les chiffres, déterminer si une entreprise est rentable ou non. Et comme ce n'est pas le cas, il faut lorgner sur de grands projets dans des villes d'importance ou des lieux de caractère. 
 

Le fait de ne pas avoir été retenu a-t-il ralenti d'autres projets ?

Non, avec Histoire et Patrimoine, nous en avons un autre dans un lieu aussi génial qu'improbable, en Provence. Avec Rabanel Conseil, je travaille également sur deux autres dossiers, l'un à Paris, façon très haut de gamme décomplexé, et l'autre dans la partie nord de la Provence. Mais dans les deux cas, je n'accepte pas de faire n'importe quoi avec mon nom et ma philosophie.

Jean Bernard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services