×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du magazine n° 3466 du 1er octobre : "Travail d'équipe"

Vie professionnelle - mercredi 30 septembre 2015 15:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


À quelques semaines de la COP 21, la profession parle - presque - d'une seule voix en faveur de l'environnement. D'un côté, un guide pratique contre le gaspillage dans son restaurant, de l'autre la valorisation des biodéchets, et des hôteliers et des restaurateurs qui s'engagent dans la protection des ressources aquatiques et du climat. Le postulat n'est ici que le prolongement naturel d'un savoir-faire.

Si "le contenu de nos assiettes représente un tiers des émissions de gaz à effet de serre, soit presque trois fois les émissions des voitures particulières", modifier la donne est à la portée des cuisiniers : maîtrise des quantités, transformation des parures et des pluches… Ou des restaurateurs : recyclage de l'eau, tri sélectif, juste quantité des achats… Pour l'entreprise, l'enjeu n'est pas seulement environnemental, il est également d'ordre économique.

C'est prouvé : gaspiller équivaut à réduire sa marge. En proposant à ses clients de réutiliser une serviette, l'hôtelier fait plus qu'un geste pour la planète, il gère différemment et tend à réduire les coûts. La profession, dans son ensemble, a toutes les raisons de s'inscrire dans la chasse au gaspillage. Mais pour y parvenir, un élément fondamental est à prendre compte : la motivation du personnel. On aura beau afficher au tableau les plus belles pratiques, sans une démarche partagée et comprise, point de salut.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services