×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n° 3219 du 6-12-12 : 'Fausse concertation'

Vie professionnelle - mercredi 5 décembre 2012 11:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Il faut avoir bien du courage et de la persévérance pour exercer aujourd'hui des fonctions ministérielles. Et ce n'est pas le moindre mérite de Sylvia Pinel, en charge notamment du Tourisme dans ses attributions gouvernementales, que d'aller à la rencontre des professionnels sans avoir les mains libres.

Alors que la concertation sur le bilan du contrat d'avenir, dont les conclusions étaient loin d'être défavorables aux restaurateurs, n'était pas encore achevée, le Gouvernement annonçait unilatéralement des hausses de TVA à partir de janvier 2014 dans le cadre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi sensé relancer une économie passablement encalminée. Sur ce point, espérons que le pari de Matignon de recréer les conditions de la croissance par le biais d'allégements substantiels de charges sur les salaires ne sera pas annulé par les hausses qui ciblent précisément les secteurs, comme l'hôtellerie-restauration ou le bâtiment, à forte intensité de main d'oeuvre.

Mais la gouvernance ministérielle, pour employer un terme de plus en plus galvaudé, souffre incontestablement du sens du dialogue avec les entreprises, tantôt stigmatisées au nom d'une complaisance idéologique surannée, tantôt appelées à la rescousse au nom du  patriotisme économique dont le contenu semble à géométrie variable.

Le dernier exemple de ces contradictions fut l'intervention de Madame Pinel devant le congrès de l'Umih à Dijon la semaine dernière. Revenant sur un amendement parlementaire proposant d'instaurer une taxe sur les chambres des hôtels à partir de 200 € la nuit, amendement rejeté par le Gouvernement, Mme Pinel a été bien obligé d'annoncer qu'une telle mesure est à l'étude, probablement dans le projet de loi de finances rectificative qui ne manquera pas d'être voté au printemps prochain. Inutile d'être un spécialiste de la procédure parlementaire pour comprendre qu'il s'agissait d'un ballon d'essai destiné à informer sans concertation aucune les intéressés .Tout comme les industriels, les exploitants d'établissements de haut de gamme, qui emploient des milliers de salariés et contribuent largement à notre balance des paiements, méritent de la part des pouvoirs publics un minimum de considération. Faut-il demander au ministre du Budget de relire Le Lion d'Oscar Wilde ? Afin de s'éviter des déboires à venir dans les urnes.
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services