×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Éditorial du n°3276 du 9 février 2012 : "Le temps qu'il fait"

Vie professionnelle - mercredi 8 février 2012 15:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


S'il est un sujet de conversation très pratique en cas de panne d'imagination, c'est bien le temps qu'il fait. À la réception de l'hôtel, au bord du zinc ou à table, la météo est devenue une inépuisable source de considérations plus ou moins fondées, dont certaines font le bonheur des humoristes.

Il est vrai que les médias participent sans retenue à ce déferlement de phénomènes nettement surévalués quant à leur importance et leur impact. Parmi les perles de ces derniers jours, un présentateur n'a pas hésité à annoncer sur la région parisienne un "froid polaire" à…- 3 °C ! Un autre s'est risqué à parler de "blizzard" en prévoyant quelques flocons sur les côtes normandes, alors que l'ouverture de tous les journaux télévisés comme les unes des quotidiens nous décrivent un pays soumis à la fureur d'un hiver déchaîné.

Ce catastrophisme qui confine au ridicule n'est pas sans conséquence sur l'activité économique et notamment sur celle de la profession : dans certaines régions méridionales, où il est vrai que la moindre chute du thermomètre est qualifiée de 'sibérienne' (comme si les heureux habitants des bords de la Méditerranée avaient l'habitude de voyager entre Irkoutsk et Vladivostok), les annulations de déplacement, de réservations de restaurants ou de rendez-vous d'affaires se multiplient à toute faiblesse du mercure.

Et comme la prévision météorologique, malgré les immenses progrès des instruments de mesure et des connaissances scientifiques, garde une part d'incertitude, les professionnels du tourisme sont plus souvent qu'à leur tour victimes d'annonces excessivement pessimistes, qu'ils soient en montagne ou sur les rivages maritimes. Il ne faudrait pas que cette obsession de l'opinion pour le temps qu'il fait - ou qu'il va faire - se transforme en psychose paralysante. Mais tant que les médias annonceront des 'froids de Grand Nord' dès qu'on descend en dessous de zéro degré, et que la canicule est redoutée dès 25 °C au mois de juin, le rôle positif d'une information maîtrisée sera difficile à mettre en oeuvre.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services