×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Insolite : La cuisine fermentée du restaurant Suri         

Restauration - vendredi 27 août 2021 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Experte en fermentation et auteur de deux livres de référence sur le sujet, la journaliste gastronomique Marie-Claire Frédéric est passée en 2018 de la théorie à la pratique en ouvrant son établissement dans le quartier du Sentier. La crise sanitaire a ensuite donné une nouvelle dimension à cette pratique aussi ancienne que méconnue.




Lors du premier confinement, alors qu’il a fallu fermer en peu temps avec des frigos pleins, nous n’avons eu aucune perte. Tous les produits ont été conditionnés dans nos bocaux de 3 litres avec 1 % de sel. Pasteur a démontré que ce n’est pas le sel qui conserve mais l’action des micro-organismes dans un milieu rendu anaérobie”, explique Marie-Claire Frédéric.

La journaliste gastronomique a ouvert en octobre 2018, avec son fils Guillaume Stutin, ancien du Bristol et Pierre Hermé, le restaurant Suri dans le quartier du Sentier, à Paris (IIe). “Le snacking, avec son image de malbouffe, rendait rédhibitoire notre concept initial auprès d’une clientèle en recherche de restauration ‘healthy’. Dès la rentrée 2019, nous proposions menus et plats du jour avec, cette fois, le succès. Chez Suri, on mange pour 20 € des plats qui sont tous, tout ou partie, réalisés à partir de produits fermentés, comme un risotto aux champignons fermentés ou un agneau de 10 heures avec sa sauce aux prunes fermentées. Les desserts et les boissons - kéfir de fruits, kombucha, limonade de fleurs de sureau, tepache ou boza… - bénéficient aussi de cette technique ancestrale qui, outre la conservation, réhausse les saveurs et les qualités nutritionnelles des produits”, ajoute la journaliste de Cuisine actuelle.

 

“Des freins demeurent”

L’auteure de Ni cru, ni cuit (Alma Éditeur, 2014) a travaillé un an avec Yannick Alléno sur l’ouvrage Terroirs (Hachette, 2016), une autre ode à cette pratique. “Le chef pratique l’extraction de jus de légumes fermentés pour exalter le goût de ses sauces. Chez Suri, je propose des ateliers aux particuliers mais aussi aux professionnels qui attirent des médecins, des maraîchers mais surtout des cuisiniers. Mauro Colagreco m’a demandé une formation pour son équipe du Mirazur”, s’enchante la restauratrice.

Elle constate d’ailleurs un nouvel engouement pour ces techniques : “Il y a la mode des cuisines asiatiques, en particulier coréenne, mais aussi un intérêt pour la conservation provoqué par les pénuries des premiers confinements avec l’idée de consommer des produits qui renforcent l’immunité. Pourtant, les freins demeurent, comme le lien encore fréquent avec la moisissure mais aussi l’hyper-hygiénisme induit par la crise sanitaire.”

 

#MarieClaireFrederic #Suri #Fermentation #YannickAlleno


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services