×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Au bord du gouffre, un restaurateur de Troyes soutenu par une députée de l'Aube

Restauration - lundi 17 mai 2021 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Troyes (10) Paul Braga a ouvert son restaurant en pleine crise sanitaire. Sans aide de l'État, il a vendu ses biens personnels pour maintenir son affaire et garder ses équipes. Son histoire a touché Valérie Bazin-Malgras, députée de l'Aube, qui s'en est fait l'écho jusqu'au palais Bourbon.



'J'ai tout vendu. Je n'ai plus que mon restaurant, mais je reste optimiste', confie Jean-Paul Braga.
'J'ai tout vendu. Je n'ai plus que mon restaurant, mais je reste optimiste', confie Jean-Paul Braga.

Son histoire aurait pu mal se terminer. En 2018, Jean-Paul Braga vend son restaurant près de Troyes (Aube), après onze ans à en diriger les fourneaux. Il part sillonner le monde pendant six mois, pour trouver de nouvelles idées”, confie-t-il. À son retour, il se lance dans la création d’une table gastronomique, baptisée Le Quai de Champagne, en bord de Seine, en plein cœur de Troyes. Mais il faut prévoir deux ans de travaux. Une banque accompagne ce que Jean-Paul Braga appelle “le projet d’une vie”. Et pour cause : il investit 1,7 M€ dans ce restaurant.

Mais le calendrier ne lui est pas favorable. Il ouvre Le Quai de Champagne en septembre 2020, en pleine crise sanitaire, et double pleine : ne pouvant justifier d’un exercice comptable sur l’année 2019, il n’a droit à aucune aide de l’État. “Durant le premier confinement, nous étions encore en travaux”, raconte-t-il. À l’époque, il pensait, comme beaucoup, qu’à la rentrée de septembre, une sortie de crise était possible. “J’avais constitué des équipes. Tout était en place. Certains avaient même démissionné de leur poste pour me suivre.

 

“Je ne jetterai pas l’éponge !”

Hasard d’une rencontre, Jean-Paul Braga croise la route d’un ami d’enfance devenu collaborateur de la députée Les Républicains de l'Aube, Valérie Bazin-Malgras. Il lui fait part de sa mésaventure. Résultat : François Baroin, maire Les Républicains de Troyes, et la députée viennent le voir en avril dernier. Touchée par la détresse du restaurateur, Valérie Bazin-Malgras interpelle le Gouvernement au sein de l’Assemblée nationale, en pointant l’absence d’aide pour les entreprises créées pendant la pandémie. Sa voix porte. Elle obtient un rendez-vous avec un représentant d’Alain Griset, ministre chargé des petites et moyennes entreprises. “Cela a fait bouger les choses, explique Jean-Paul Braga. Un décret doit ouvrir le fonds de solidarité aux entreprises créées pendant la crise, pour couvrir 90 % de leurs frais fixes, dont le loyer ou encore l’électricité.

Mais le restaurateur a déjà dû vendre moto, voiture, puis maison, pour tenir. “Je n’ai plus que mon restaurant, mais je reste optimiste, car je suis passionné par mon métier.” En plus de la vente à emporter, il ouvrira sa terrasse le 19 mai prochain, avec 7 personnes en cuisine et 8 en salle, qui vont se relayer. “Je ne lâche pas mes équipes”, dit le restaurateur. Il ajoute : “Je ne jetterai pas l’éponge !

#troyes #jeanpaulbrage #lesquaisdechampagne

 

 


Anne Eveillard