×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Mathieu Pérou, nouvel étoilé Michelin 2021

Restauration - mardi 9 mars 2021 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Nantes (44) Formé chez les frères Ibarboure et Thierry Drapeau, féru de technique japonaise, le jeune chef de 28 ans a repris l'affaire familiale en 2017 avec sa soeur.



Mathieu Pérou descendait du ring lorsqu’il a reçu l’appel lui annonçant la bonne nouvelle : le guide Michelin lui décerne une étoile. Sur Facetime, son visage tuméfié a d’ailleurs surpris l’interlocuteur… “Je fais de la boxe depuis l’adolescence. Ça reste un exutoire, le moyen d’évacuer la pression. Grâce à ce sport, j’ai appris la discipline et la rigueur, et aussi à me faire mal. Ça m’a aidé dans ma carrière”, témoigne le jeune chef du Manoir de la régate, belle bâtisse bucolique située en bordure de l’Erdre, à Nantes (Loire-Atlantique). À 28 ans, Mathieu Pérou se dit surpris de devenir l’un des plus jeunes étoilés de France. “C’était un objectif, mais on ne pensait pas l’avoir si tôt.”

Chez les Pérou, la cuisine est une tradition familiale. En 1995, son père Loïc et son oncle Pascal rachètent le Manoir de la régate. Le petit Mathieu a trois ans et traîne déjà dans les cuisines. Turbulent et peu scolaire, il s’oriente logiquement vers le lycée hôtelier d’Orvault où il passe le bac, le BTS et sa mention de pâtisserie. Pour canaliser son énergie, son professeur l’inscrit au trophée Jean Rougié, où il remporte la troisième place à 18 ans. Mathieu Pérou complète ensuite pendant deux ans son apprentissage chez les frères Ibarboure, au Pays basque, où il passe par tous les postes. “Les fils venaient de reprendre l’affaire de leur père et c’était intéressant d’étudier comment se faisait la transmission.”

 

Gastronomie végétale et ancrée dans le terroir

Il poursuit une saison chez Thierry Drapeau, en Vendée, qui lui transmet son exigence. L’envie de découverte le conduit alors en Australie, chez Tetsuya Wakuda (l’un des meilleurs restaurants du monde selon le World’s 50 Best Restaurants) où il s’initie aux techniques japonaises pendant trois ans. Jusqu’à ce que son père, seul à la manœuvre depuis 2012, l’appelle pour prendre sa succession en 2017.

D’une brasserie, Mathieu Pérou et sa sœur Anne-Charlotte, au service, vont faire du Manoir de la régate un vrai restaurant gastronomique, sans pour autant renier le savoir-faire paternel - comme la cuisson à l’argile. Le nombre de couverts est réduit de moitié tandis que l’équipe double en cuisine (7 personnes plus un plongeur). Le chef privilégie l’approvisionnement local afin de produire une gastronomie très végétale, ancrée dans le terroir. “Je travaille beaucoup les herbes sauvages pour faire des marinades qui attendrissent les chairs tendues de certaines viandes, comme l’agneau des landes de Bretagne.” Sa spécialité reste la préparation des poissons d’eau douce que l’on trouve dans l’Erdre voisine, grâce à un pêcheur qui pratique la méthode ikejime.

 

#ucihelin #michelin2021 #mathieuperou #manoirdelaregate #nantes

Pour Aletheia Press, Thierry Butzbach