×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Georges Pouvel nous a quittés

Restauration - mardi 19 janvier 2021 16:09
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Georges Pouvel est décédé le 13 janvier 2021, à l'âge de 86 ans. Peu connu du grand public, il fût un cuisinier exceptionnel, ami intime de Joël Robuchon, et un pédagogue hors classe, auquel Christophe Quantin, MOF, a voulu rendre hommage en retraçant sa carrière.



Georges Pouvel remporta le Prix Prosper Montagné en 1965
Georges Pouvel remporta le Prix Prosper Montagné en 1965

Georges Pouvel est né le jour de la Toussaint 1935, à Garchizy, dans la Nièvre. En 1950, il rentre à l’école hôtelière de Chauvigny (Vienne), où, sous la direction de deux excellents professeurs, Alcide Delage et Georges Thibaudault, il sort 3 ans plus tard nanti d’un CAP qu’il obtint avec la 3ème place du département de la Vienne (la 1ère place lui échappant suite à un déclassement prononcé contre lui… parce qu’il avait donné un coup de main à l’un de ses camarades de concours).
Il part ensuite faire la saison au Grand Hôtel de la Plage aux Sables-d’Olonne, puis le Château du Tremblay (entre Pougues-les-eaux et Tronsanges). La capitale l’attire. Aussi, dès 1954, il embauche au « Canter » sur les Champs-Elysées et découvre les spécialités italiennes. Début 1955, il rentre au « Berkeley », avenue Matignon, à 2 pas des Champs-Elysées, sous les ordre du célèbre Chef André Moreau (MOF 1958).
Toujours sous la houlette du Chef Moreau, Georges continue d’officier au Berkeley, table célèbre, où, entre 1962 et 1966, officiaient en cuisine une brigade prestigieuse, qui comptait dans ses rangs Alain Senderens, Henry Faugeron, et Joël Robuchon… avec qui il noue une profonde amitié.
En 1965, il est désigné par son chef pour participer au célèbre grand concours du Meilleur Cuisinier de France. Sur 800 candidats, ils sont 6 à être retenus, dont Georges Pouvel, de loin le plus jeune (29 ans), la moyenne d’âge des autres dépassant 45 ans. Chacun des candidats avait à présenter, aux 25 membres du jury, un « bar farci pour 10 convives, accompagné de deux garnitures différentes ». Georges présente alors, sur une gondole en pâte tressée, un bar, farci de farces d’alose, de saumon et de filets de sole, accompagné de deux garnitures complexes. Le 20 janvier 1965, à 18h30, le résultat est proclamé : « Meilleur Cuisiner de France et titulaire du Prix Prosper Montagné 1965 : Georges Pouvel, du restaurant Le Berkeley à Paris ! »
En 1966, le 4 janvier, Georges Pouvel décide de transmettre sa passion aux élèves de l’Ecole Hôtelière Jean Drouant à Paris. D’abord Maître Auxiliaire III puis très rapidement Professeur Technique, il y enseigne la cuisine tout en maintenant de précieux contacts avec les entreprises.
Le 30 septembre 1967, le Pays Pouvel est reçu Compagnon du Tour de France, sous le nom de « Nivernais l’Amis des Arts ».
De 1971 à 1973, Georges Pouvel ne se contente pas de son poste de professeur, il fait des saisons estivales à Beauvallon (83).
En octobre 1972, sous la direction d’André Moreau, Georges Pouvel fait partie de l’Equipe de France, avec MM. Hubon, Marcadier, Legay, Liban et Robuchon, qui représente la France au 13ème Olympiades Culinaires Internationales à Francfort. Ce sera la succès assuré en remportant la médaille d’Or !
En 1975-76, Georges entraîne Joël Robuchon pour le concours du MOF, qu’il remporte. Joël Robuchon dira plus tard qu’il est un disciple de Georges depuis le Berkeley, joli hommage de la part du chef multi-étoilé, qui affectueusement avait l’habitude de l’appeler « Mon petit Georges ».
Au cours des années 70, Georges Pouvel assure également des cours de perfectionnement en cuisine et en pâtisserie chez Fauchon et à l’Union Compagnonnique de Paris. Il participe activement à la création des vinaigres parfumés (framboise,….), à la création de recettes avec le poivre vert ou les fruits de la Passion, nouvellement introduits en France. Il est sollicité pour des démonstrations et des conférences par l’Alliance française de Suède, de Hollande et aux Etats-Unis.
En 1979, Georges Pouvel décide de participer à l’ouverture du Lycée Hôtelier de Blois. Là encore, et dès le début, il est loué par ses nombreux élèves pour son sens précis de la pédagogie et sa grande maitrise technique. Reconnu par l’Inspection Générale, il est nommé tuteur pédagogique de plusieurs professeurs débutants. Tous ses proviseurs sont élogieux sur son travail. Par exemple : « Les étudiants apprécient unanimement les qualités professionnelles et humaines de Monsieur Pouvel. Il est un grand maître ».
En 1986, il est intronisé et rentre à l’Académie Culinaire de France, marquant une belle reconnaissance de ses pairs.
Au cours des années, il est sollicité pour de nombreux jurys, dont à plusieurs reprises lors du concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France ».
Au fil de sa carrière, outre ses amis du Berkeley, il entretient des liens d’amitiés avec d’autres grands noms de la cuisine française : Jean et Pierre Troisgros, Charles Barrier, Michel Guérard
En 1993, Georges Pouvel encourage Christophe Quantin lors de sa préparation à la finale du concours MOF, titre qu’il remporte.
En 1995, Georges Pouvel prend sa retraite, honoré depuis 1991 en qualité de Chevalier des Palmes Académiques.
En 1996, sous la présidence de Joël Robuchon, il est membre du Comité Gastronomique pour la révision du Larousse Gastronomique. Expérience qu’il renouvelle en 2006 avec Christophe Quantin. Puis, toujours avec son ancien élève, il relis et corrige, « à la virgule près » le Petit Larousse de la Cuisine.
Joël Robuchon lui confie également le même travail de précision pour ses ouvrages culinaires, dont « Tout Robuchon », connaissant la méticulosité de son ami.
Georges Pouvel occupera activement sa retraite dans le milieu associatif en fondant le club Coeur et Santé à Blois.
Grand Professionnel, artiste, formidable pédagogue, passionné de cuisine, modèle à suivre, dextérité aérienne …. sont autant de qualificatifs qui caractérisent Georges Pouvel lorsque l’on recueille les témoignages des élèves et des professionnels qui l’on connut.
« Chaque démonstration est un acte de prestidigitation que vous accomplissez chaque fois avec tellement d’amour de votre art… » Thierry Préau, ancien élève du lycée hôtelier de Blois
Georges Pouvel s’est éteint le mercredi 13 janvier 2021 à Blois.

Sources personnelles et familiales de Georges Pouvel, rédaction Christophe Quantin

L'Hôtellerie-Restauration présente ses sincères condoléances à son épouse et ses enfants.

#georgespouvel #mof #chef #christophequantin