×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Tempête dans un verre de rosé, édito du journal du 12 juillet

Juridique et social - mercredi 11 juillet 2018 09:50
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Une enquête de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), dont les résultats ont été dévoilés le 9 juillet, alerte sur une arnaque au vin rosé. Des bouteilles de vin espagnol étaient maquillées en vin français et revendues deux fois plus cher, en profitant de la notoriété de la production hexagonale, parfois même en usurpant des IGP. La fraude concernerait l'équivalent de 4,6 millions de bouteilles. Des contrôles ont été réalisés sur l'ensemble du territoire national et à toutes les étapes de la filière, des producteur aux distributeurs. L'enquête a même été étendue à 2 414 cafés, hôtels et restaurants pour vérifier notamment l'origine des vins vendus au pichet ou au verre. Les enquêteurs ont constaté parmi les manquements : l'absence de mention d'origine du vin sur la carte des vins, alors que la confusion est entretenue par l'utilisation de dénominations commerciales à consonance française (par exemple, 'cuvée du patron') ou par l'environnement de vente. Mais aussi une francisation volontaire de l'origine. Un restaurateur commercialisait du vin au pichet vendu comme vin IGP OC,c'est-à-dire un vin élaboré en Languedoc-Roussillon, alors qu'il s'agissait en réalité de vin d'Espagne. Ces restaurateurs ont fait l'objet d'injonctions de mise en conformité de leur carte des vins et, pour certains d'entre eux, de procès-verbaux pour pratiques commerciales trompeuses.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services