×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

À Nantes, le Lieu-Dit, promoteur de la transition écologique

Hôtellerie - mardi 12 octobre 2021 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nantes (44) Ce futur hôtel de quartier fourmille d'initiatives : matériaux de réemploi, douches cycliques, bateau en guise de salle de réunion… Visite en avant-première.



Le Lieu-Dit se veut à mi-chemin entre 'une place de village pour les riverains, et un laboratoire de découverte sur le chapitre de la transition écologique' (vue d'artiste).
© DR
Le Lieu-Dit se veut à mi-chemin entre 'une place de village pour les riverains, et un laboratoire de découverte sur le chapitre de la transition écologique' (vue d'artiste).

Transformer un vieil hôtel-bar de quartier en un lieu vivant, polyvalent et innovant, tel est le pari de Pierre-Yves Le Gal. “Aujourd’hui, une jolie chambre d’hôtel ne se différencie plus trop d’un Airbnb. Avec Le Lieu-Dit, qui ouvrira ses portes à Nantes au premier trimestre 2022, on va recréer un véritable écosystème de services. Ce sera comme une place de village pour les riverains, et un laboratoire de découverte sur le chapitre de la transition écologique”, expose le futur maître des lieux.

Un espace de restauration et une épicerie locavores côtoieront une halle événementielle et culturelle accueillant des marchés littéraires, des cours de yoga ou de peinture...  Un bateau sera également amarré au cœur de l’hôtel, afin d’organiser des anniversaires ou réunions d’entreprise. “Ce projet est mené en étroite collaboration avec Bathô, un chantier naval de l’économie sociale et solidaire qui transforme des bateaux hors d’usage en gîtes sur terre ferme, en hébergements insolites, en salles de réunion ou en aires de jeux, explique l’ancien élève de Vatel. On a d’ailleurs lancé une campagne de financement participatif sur Ulule, à hauteur de 10 000 €, qui s’achèvera le 2 décembre. C’est un excellent moyen de commencer notre campagne de communication.”

 

Des chambres zéro déchet

Les 31 chambres, dépourvues de télévision mais dotées du wifi, seront “zéro déchet”. Les clients se verront proposer des shampoings et savons solides fabriqués à Nantes, dont la taille variera selon la durée du séjour. L’hôtelier testera aussi un système de douches cycliques, imaginé par l’entreprise toulousaine Ilya. “Cette douche fonctionne grâce à cinq litres d’eau prélevés sur le réseau, récupérés par une pompe. L’eau est ensuite recyclée avec un filtre, stérilisée et réchauffée un peu pour garder une température convenable et donc réutilisée en boucle”, souligne-t-il.

Côté mobilier et équipements, le réemploi est le maître-mot, avec un taux de 80 % dans les chambres et les sanitaires, et de 95 % dans les espaces communs. “Nos matelas, désinfectés et stérilisés bien sûr, sont des exemplaires retournés par les clients de la marque Tediber. Tous nos porte-savons et abattants de WC vintage proviennent d’une entreprise belge de plomberie en liquidation. Les plateaux de table sont faits à partir d’anciens volants de badminton broyés, ce qui donne un effet entre le marbre et le terrazzo”, énumère l’hôtelier.

L’établissement, qui aura nécessité 700 000 € de travaux, sera financé par son propriétaire - par ailleurs fondateur d’Arzel Management (conseil en pilotage de projets hôteliers) - et la BPI. Avec des nuitées entre 75 et 85 €, l’adresse vise principalement une clientèle business… mais pas d’étoiles. “On sort de ce système. Aujourd’hui, les clients regardent plus les avis que les étoiles”, estime Pierre-Yves Le Gal.

Atypique, l’hôtel organisera à la mi-novembre des visites de chantier - prétextes pour une foire à l’emploi. “Cela permettra de voir ceux qui se projettent le mieux et adhèrent le plus au projet”, sourit Pierre-Yves Le Gal. Quant à la façade du Lieu-Dit, elle sera revisitée par les street artistes nantais Les Toqué Frères, avec “l’optimisme pour seul mot d’ordre”.


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Recettes de chef à chef
par Marcel Mattiussi
Services