×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Célia Cornu (La Compagnie hôtelière de Bagatelle) : "Nous avons choisi de rester ouvert pour les équipes"

Hôtellerie - vendredi 14 mai 2021 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

La directrice générale du groupe familial revient sur cette année de confinements et de déconfinements... Maintenir les équipes en place, poursuivre les développements technologiques, créer de nouvelles offres, c'était le plan de bataille pour 2020-2021.



L’Hôtellerie Restauration : Comment avez-vous vécu cette crise ? 

Célia Cornu : Pendant le premier confinement, nous avons fermé tous nos hôtels. Mais dès le mois de mai, nous en avons rouvert une partie, puis la totalité en août. La stratégie a été différente au deuxième confinement, puisque nous avons fermé uniquement deux hôtels en novembre. Nous souhaitions absolument rester ouverts au maximum.

Ce choix était fait, en premier lieu, par rapport à nos clients, notamment d’affaires. Si nous sommes fermés, ils vont ailleurs, ce qui représente une importante perte potentielle de clients pour le futur, sachant que le marché à Paris est très concurrentiel, avec un parc hôtelier qui s’est bien dynamisé. Nous avons vu venir le week-end, au Roch par exemple [établissement 5 étoiles avec restaurant], une nouvelle clientèle de Parisiens, qui a pu découvrir la cuisine de notre chef, Rémy Bérerd. Celui-ci a d'ailleurs créé un nouvel espace extérieur avec une carte dédiée à la terrasse pour que la clientèle parisienne puisse en profiter.

Mais ce choix de rester ouvert était aussi et surtout fait pour les équipes. Le plus important pour nous, c’était de faire travailler nos salariés et de leur permettre de conserver leur équilibre personnel. Des employés qui se demandent si l’hôtel va rouvrir, c’est le risque de voir partir les meilleurs éléments. Et ils ont conservé leur motivation, leur énergie. Ce choix s’est révélé juste puisqu’ils étaient contents de travailler, même par roulement, avec le chômage partiel.

 

Avez-vous profité de cette période pour initier des développements ?

Tout à fait. Nous avons créé, par exemple, des chambres bureaux dans l’ensemble des hôtels pour proposer aux Parisiens et à la clientèle affaires de travailler à l’hôtel. Dans certaines chambres, nous avons enlevé les lits et installé du matériel adapté pour proposer une offre de télétravail à la journée, à la semaine, au mois… Nous avons également mis en avant des offres existantes, comme les vidéos à la demande. Pour nos hôtels 4 étoiles, nous avons développé notre offre de restauration, sous forme de bocaux. Nous avons choisi cette offre car c’est un produit facile à mettre en œuvre, qui se conserve dans de bonnes conditions. Ce qui nous a permis d’augmenter nos ventes en demi-pension de manière considérable.

Nous avions le projet de changer de PMS et cette période nous a permis d’accélérer ce développement technologique, qui est plus facile à opérer quand on a peu de clients à gérer. Ce qui nous a également permis de mettre en place un système de check-in et check-out en ligne, un outil très apprécié de la clientèle et dont le taux d’utilisation est en nette progression.

 

Quelles vont être, selon-vous, les attentes et demandes de la clientèle de demain ?

Nous constatons une digitalisation importante du parcours client, qui néanmoins ne doit pas être trop invasive.
Côté hygiène, on ne constate pas de besoin particulier de la part de la clientèle, nous ne sentons pas que ce soit une préoccupation majeure. Mais les clients nous posent beaucoup de questions sur les services, comme le spa, le hammam en chambre, le service d'esthétique, la VOD..., pour maximiser leur expérience. 

 

En 2018 vous annonciez un changement d’identité. Trois ans après, quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Nous sommes très contents de notre changement d’identité qui nous a permis de créer une vraie cohérence pour l’ensemble des établissements. Elle nous permet de mieux communiquer vis-à-vis de clients mais aussi des salariés du groupe. Il y a un plus grand sentiment d’appartenant au groupe, il plus facile de se sentir dans un projet commun.

Cela nous a également permis d’entamer une refonte de nos sites, de construire une ligne éditoriale nouvelle, en lien avec cette nouvelle identité.

 

#CeliaCornu #Compagniehotelieredebagatelle 


Romy Carrere
Journal & Magazine
Services