Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'art de grandir en beauté

Hôtellerie - mardi 26 juin 2018 12:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

AIX LES BAINS (73) Intégrer au fil des ans, sans que cela se remarque, une construction neuve et luxueuse à un établissement simple et ancien, est un challenge. La famille Meilleur nous confie sa recette.



Quand Marie-Louise et René Meilleur ont construit, de leurs mains, en 1976, la petite maison qui deviendra La Bouitte, à Saint-Martin-de-Belleville (Savoie), ils ne se doutaient pas qu'elle deviendrait un jour Relais et Châteaux, Grande table du monde, 3 étoiles Michelin. "Bien sûr, tout s'est fait par étapes", explique René Meilleur. Chaque année, René et Maxime, les 'chefs bâtisseurs', comme on les surnomme, profitent de l'intersaison pour agrandir, modifier leur établissement. Il n'est pas rare de les voir sur un toit, ou en train de tailler une pierre à l'ancienne. Avec un père menuisier, et une famille habituée à construire, René, et plus tard Maxime, manient aussi bien la truelle, le ciseau à bois, le burin que la queue de la casserole. Malgré ces étapes successives, la maison reste harmonieuse."Souvent l'agrandissement d'un bâti existant se fait sans ligne directrice. Ce n'est pas le cas à La Bouitte. La famille Meilleur à toujours tenu à construire selon les normes et à répondre aux exigences de la clientèle", explique Alain Foeillet, l'architecte qui les accompagne depuis des années. "Jamais, la famille n'aurait accepté que l'on détruise le bâti existant pour reconstruire".

Deux piliers fondateurs : l'authenticité et l'art de vivre

Chaque année, La Bouitte sort toute pimpante de l'intersaison, plus confortable, agrandie, dotée d'une cuisine toute neuve, d'une salle de restaurant entièrement repensée, etc. "En 2015, après la troisième étoile, puis la labellisation Relais et Châteaux, il a fallu passer à l'étape suivante, aborder le luxe, répondre à une clientèle internationale aux exigences de confort». La Bouitte s'agrandit donc de  1 000 m2, avec l'installation d'un ascenseur, de nouvelles chambres, d'un très grand spa revu et corrigé… Mais les fondamentaux de l'établissement demeurent : "Nos deux piliers fondateurs sont l'authenticité et l'art de vivre. L'authenticité est celle que ressent le client du monde entier, qui a idéalisé la notion de chalet. Le faux rustique n'a rien à faire ici", explique René Meilleur. Ici, pas de ski en bois, pas de fourche aux murs, pas de luge transformée en table. "Historiquement, les râteaux, les luges, les skis n'ont jamais eu leur place à l'intérieur". À La Bouitte, il n'y a donc que des meubles patinés par les ans, magnifiant l'artisanat d'art. Certains datent du XVIIe siècle, ils ont, en tous les cas, tous été chinés par les chefs. La Bouitte a en somme su acquérir une dimension luxueuse sans perdre son identité. "J'ajouterais un autre point fort : vous pouvez tester vos chambres, vos plats et votre spa, pour vérifier que cette identité est bien présente", ajoute Maxime Meilleur. "Depuis des années, certains clients viennent plusieurs fois par an, parfois de loin, et passent, en cumulé, près d'un mois chez nous. Ils ne décèlent pas de différence entre l'ancien bâtiment et le nouveau, c'est ma plus grande récompense».  

#Marie-LouiseMeilleur #ReneMeilleur #3EtoilesMichelin #LaBouitte #GranceTableDuMonde #Alain Foeillet #Saint-Martin-de-Belleville #RelaisEtChateaux #Savoie

Fleur Tari