×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Airbnb : Berlin adopte une ligne dure

Hôtellerie - mercredi 27 avril 2016 17:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Berlin (ALLEMAGNE) À compter du 1er mai, dans la capitale allemande, les personnes sous-louant leur appartement sans autorisation de la ville vont risquer gros.



'L'an dernier, nous avons fait construire 12 000 appartements, et Airbnb réduit à néant la production de toute une année', explique le secrétaire d'État au Logement de Berlin, Engelbert Lütke Daldrup.
© Thinkstock
'L'an dernier, nous avons fait construire 12 000 appartements, et Airbnb réduit à néant la production de toute une année', explique le secrétaire d'État au Logement de Berlin, Engelbert Lütke Daldrup.

Face à Airbnb, Berlin a opté pour la manière forte : le 1er mai prendra fin la période de deux ans laissée aux propriétaires et aux locataires qui sous-louent leur appartement à des touristes pour se mettre en règle avec l'administration de la cité-Etat. Après l'interdiction, le 1er mai 2014, de ce que dans la langue administrative allemande on qualifie de  "détournement de la finalité" d'un bien locatif, celui-ci sera désormais puni d'une amende pour tous ceux qui ne peuvent arguer d'une autorisation officielle, elle-même accordée avec parcimonie. Cette amende pourra atteindre 100 000 €.   

"Avec cette loi, nous voulons faire en sorte que le nombre toujours plus réduit de logements bon marché disponibles ne soit pas en plus affectée par la location de logement de vacances", a ainsi estimé le secrétaire d'État au Logement de Berlin, Engelbert Lütke Daldrup. Avant de préciser, dans une interview au quotidien Berliner Zeitung, les contours de la loi : "Il reste autorisé  de louer une chambre quand on vit soi-même dans un logement dont on occupe réellement plus de la moitié. (…) En revanche, quand une personne sous-loue l'intégralité d'un appartement à seule fin de gagner de l'argent aux frais de la communauté, cela ne va plus. Cela détériore le marché immobilier berlinois et n'a plus rien à voir avec l'idée du partage."


30 fonctionnaires pour traquer les contrevenants

En ligne de mire, la location d'appartements via la plateforme Airbnb : selon une étude du développeur immobilier GBI, Berlin compterait 14 393 appartements mis entièrement à disposition des touristes tout au long de l'année, sans compter ceux où une seule chambre est proposée, dont le nombre s'élèverait à 9 600. Ce qui fait réagir Engelbert Lütke Daldrup : "L'an dernier, nous avons fait construire 12 000 appartements, et Airbnb réduit à néant la production de toute une année. Cela représente de l'espace locatif pour 20 000 personnes." 

L'administration de Berlin a annoncé la création de 30 postes dédiés à la traque des locations de vacances illégales. La dénonciation anonyme est encouragée, avec notamment la mise à disposition de formulaires et d'enveloppes affranchies afin de contacter l'administration, ainsi que d'une page en ligne permettant de signaler un propriétaire ou un locataire enfreignant la nouvelle législation.  

Interrogé par le site internet Mit Vergnügen, le porte-parole d'AirBnB à Berlin, Julian Trautwein,  regrette que l'entreprise "se soit adressé trop tard à la ville, mais nous apprenons de nos erreurs et nous avons formé pour cette raison depuis l'an dernier une équipe dédiée à la communication politique".
Gilles Bouvaist, correspondant à Berlin

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services