×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Un hôtel passif ouvrira au Havre

Hôtellerie - mercredi 9 mars 2016 15:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le Havre (76) Richard Marette, hôtelier, et François Paumier, architecte, sont à l'origine du premier établissement français construit selon les normes du Passivhaus, label allemand de construction passive.



L'hôtel Première Classe, qui ouvrira cet automne au Havre, boulevard Leningrad, est un précurseur. Cet établissement est en effet le premier en France à viser la certification Passivhaus. "Le bâtiment doit consommer, en chauffage, moins de 15 kWh/m²/an, soit environ trois fois moins que la réglementation en vigueur qui est de 50 kWh/m²/an. Ce sont les apports solaires et ceux des résidents et de l'électroménager en place qui vont pratiquement chauffer le bâtiment", souligne l'architecte en charge du projet, François Paumier.

Des techniques originales

 Pour parvenir à une telle performance énergétique, le bâtiment et ses fondations doivent être sur-isolés et étanches à l'air. "L'épaisseur de l'isolant peut atteindre 40 cm en toiture, contre 25 cm normalement, et on utilise des fenêtres en triple vitrage. Il faut aussi piéger le moindre courant d'air, en prêtant la plus grande attention aux encadrements de fenêtres", précise le professionnel.

Toutes les sources de chaleur, normalement perdues, sont récupérées grâce à des techniques éprouvées. Le bâtiment est ainsi équipé d'une ventilation à double flux haut de gamme. Son but est "d'expulser l'air vicié de l'intérieur tout en récupérant sa chaleur, ce qui permet de réchauffer l'air pur mais froid venant de l'extérieur". Autre exemple : un système de récupération des calories des eaux grises. "Les douches constituent un poste de consommation important. En plaçant un serpentin de cuivre autour du circuit d'évacuation des eaux grises, comme un liseron, on peut capter entre 3 et 10 °C supplémentaires exploitables par les ballons d'eau chaude", explique-t-il.

Par ailleurs, des brise-soleils extérieurs évitent toute surchauffe, et des chauffages d'appoint seront utilisés en cas de températures négatives extrêmes.

Un surcoût de 12%

L'hôtelier Richard Marette, qui compte déjà une dizaine d'établissements à son actif, est convaincu qu'une "démarche environnementale va dans le sens des attentes des nouvelles générations de consommateurs". C'est pourquoi il n'a pas hésité à surinvestir 350 000 € pour cette enseigne de 84 chambres, soit un surcoût de 12 % en comparaison avec une construction classique. "Le retour sur investissement se fera dans quatorze ans environ, grâce aux économies d'énergie", prévoit-il.

Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services