Actualités
Accueil > Actualités > Café - Bar - Discothèque

Reprise d'un bar de quartier en province : quelles marges de développement ?

Café - Bar - Discothèque - jeudi 31 mai 2018 10:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Clermont-Ferrand (63) Nathalie et Franck Dubouis ont repris Le Royan il y a un an, un bar avec restauration au déjeuner. Ils ont enrichi l'offre tout au long de la journée pour augmenter la rentabilité de leur affaire.



Nathalie et Franck Dubouis : 'C'est le style d'affaire que nous cherchions : assez grand mais pas trop ; convivial. Et c'était le moment pour nous de se mettre à notre compte.'
Nathalie et Franck Dubouis : 'C'est le style d'affaire que nous cherchions : assez grand mais pas trop ; convivial. Et c'était le moment pour nous de se mettre à notre compte.'


"On ne connaissait pas l'endroit, pourtant je travaillais à 200 mètres de là", explique Franck Dubouis, propriétaire depuis un an du Royan, bar de quartier de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). "Nous cherchions à reprendre une affaire, depuis une dizaine d'années, sans être pressés. Nous avions déjà prospecté dans plusieurs régions. Et là, coup de coeur !", se souvient Nathalie Dubouis. "Mais les banques ne voulaient pas suivre. Il a fallu renégocier le prix du fonds à la baisse pour intégrer la remise aux normes la cuisine." L'ouverture a eu lieu en juin 2017, après trois mois de travaux.

Les anciens propriétaires ont tenu le bar pendant trente ans : le challenge était donc de conserver les habitués et d'attirer une nouvelle clientèle. L'amplitude horaire est celle des bars, avec une ouverture à 7 h 30 et une fermeture qui varie de 21 heures à minuit selon la fréquentation.

 

Une vraie cuisinière

Au déjeuner, l'établissement propose un menu du jour et six plats à la carte. "Nous avons une vraie cuisinière, Cécilia Claro. Elle a appris la cuisine et la pâtisserie, elle a travaillé chez des étoilés, elle a même lancé son propre restaurant. Elle cuisine des spécialités du Portugal, dont elle est originaire, mais sait s'adapter", souligne Nathalie Dubouis. Au menu, des plats de morue, des spécialités lyonnaises, terre d'origine de Franck Dubouis - tablier de sapeur, quenelles… - et selon les demandes des clients : welsch du nord, choucroute, tripes. Sans oublier les incontournables burgers, salades, pièces de boeuf, etc. Les desserts sont faits maison : tiramisus, oeufs en neige, pastei de nata ou flanc au porto.

Les propriétaires ont également développé une offre pour l'apéritif, avec des planches de charcuteries et de fromages bien sûr, mais aussi de la mer, avec poissons fumés, rillettes maison, etc.

Pour tenir, il faut s'organiser. "Je fais l'ouverture et le service du midi. Ensuite, je peux m'atteler si besoin à la comptabilité", explique Nathalie Dubouis. Ils emploient un plein temps et deux temps partiel, en cuisine et au service. "Maintenant, on va refaire la salle et le bar et étudier la possibilité d'organiser des soirées à thème."



Pierre Boyer
40 places plus 30 en terrasse
Ticket moyen de 19 € en début de semaine jusqu'à 23 € les vendredis et samedis. 
Ouvert du lundi au samedi midi.
Journal & Magazine
#CORONAVIRUS
Offre spéciale d'abonnement gratuit jusqu'au 30 juin 2020
Services