×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La pénurie de carburant plombe les réservations, édito du journal du 28 octobre 2022

Vie professionnelle - mardi 25 octobre 2022 11:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




Alors que les vacances de la Toussaint débutaient le soir même, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, et le ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune, annonçaient, le 21 octobre, avoir demandé aux préfets de mettre fin aux arrêtés préfectoraux de rationnement dans les stations-services. Ils ajoutaient que les stations-services sur les autoroutes et les routes nationales les plus fréquentées dans le cadre des départs en vacances seraient desservies en priorité. “Je ne vais pas vous dire que la situation sera à 100 % réglée pour les départs en vacances, mais les Français peuvent partir confiants”, assurait de son côté Elisabeth Borne, la Première ministre.

Pas sûr toutefois que ces propos suffisent à rassurer la population. Si effectivement, il y a moins de difficultés d’approvisionnement, la situation est toujours tendue dans certaines régions comme en Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté. Nombreux sont ceux qui préfèrent renoncer à un départ en vacances, et on ne peut que les comprendre. La perspective de devoir patienter deux heures (ou plus) pour remplir leur réservoir à l’aller, couplée à l’éventualité de ne pas trouver d’essence au retour a de quoi en décourager plus d’un. Les hôteliers ont déjà constaté une chute des réservations et des annulations en cascade. “Quand il n’y a plus de mobilité, il n’y a plus d’activité”, résume Roland Héguy, président confédéral de l’Umih. Un nouveau coup dur pour la profession.

#Edito


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services