×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Valérie Pons : "Il faut renforcer la communication autour du titre de Maître restaurateur"

Vie professionnelle - jeudi 29 septembre 2022 16:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

À la tête du Restaurant du Fort à Montauban et de l'Umih 82, la professionnelle se présente à la présidence de l'Association française des Maîtres restaurateurs, le 17 octobre prochain, à Biarritz. Son programme : mieux informer le grand public sur les caractéristiques de ce titre d'État et valoriser la transmission auprès des jeunes.



Valérie Pons : 'Les clients doivent savoir ce qu'ils vont trouver quand ils poussent les portes de nos restaurants.'
© Studio Johanna Cavel
Valérie Pons : 'Les clients doivent savoir ce qu'ils vont trouver quand ils poussent les portes de nos restaurants.'

L’Hôtellerie Restauration : Pourquoi vous présentez-vous à la présidence de l’AFMR ?

Valérie Pons : Je suis restauratrice à Montauban depuis que j’ai 24 ans. J’ai découvert le métier alors que j’étais étudiante en psychologie et que je faisais des extras en restauration. J’ai d’abord créé un restaurant dans la zone industrielle, puis ouvert un service traiteur et évènementiel, et, depuis 2016, je dirige le Restaurant du Fort, en centre-ville, où je propose une cuisine axée sur le produit, la nutrition santé et la transmission. J’y ai obtenu le titre de Maître restaurateur et la certification Cuisineries gourmandes en 2018. Depuis 2019, j’ai recréé l’antenne départementale de l’Umih dans le Tarn-et-Garonne, mené beaucoup d’actions pendant le Covid, ce qui m’a permis de tisser un réseau très dynamique. En juillet dernier, le réseau territorial et un certain nombre de Maitres restaurateurs m’ont proposé de me présenter à la présidence.

 

Quel est votre programme ?

L’origine du titre de Maître restaurateur, c’est, d’un côté, la valorisation du produit et, de l’autre, la transparence vis-à-vis du client. Ma première priorité, ce sera de renforcer la communication vers le grand public pour mieux faire connaître le titre. Je vais me servir du maillage territorial pour donner à nos membres l’opportunité de mener des actions en commun avec les institutions et les producteurs, en se rapprochant notamment d’événements locaux qui existent déjà.

Ce que nous voulons, c’est valoriser le titre pour que les clients entrent dans nos univers. Car ce qui déclenche l’acte d’achat, c’est la sécurité. Les clients doivent savoir ce qu’ils vont trouver quand ils poussent les portes de nos restaurants.

 

Y a-t-il d’autres actions que vous voudrez mettre en œuvre ?

Je voudrais aller au plus près de jeunes, pour faire rayonner localement nos métiers. À titre personnel, je suis conseillère école-entreprise, c’est-à-dire que j’accueille des jeunes dans mon établissement pour les aider à choisir leur orientation. Je considère que transmettre est au cœur de mon métier, et que cela peut être intégré au sein de la mission des Maîtres restaurateurs

Avec Claude Izard, des Cuisineries gourmandes, nous travaillons depuis 2019 avec le ministère de l’Economie pour créer les Artisans du goût, c’est-à-dire une filière artisanale qui va de la terre de l’assiette. C’est également un axe important. Il faut aujourd’hui être force de propositions pour répondre aux attentes des clients qui ont beaucoup changé depuis la crise sanitaire.

 

#ValeriePons  #MaitreRestaurateur #AFMR


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services