×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Revalorisation salariale : la CGT s'indigne

Vie professionnelle - jeudi 25 novembre 2021 09:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Après la réunion des partenaires sociaux de la branche des CHR, en vue de négocier une revalorisation de la grille des salaires, la CGT hausse le ton. Le délégué syndical de l'Hôtel Prince de Galles, à Paris, parle d'une proposition "pas à la hauteur de l'ampleur de la crise".



'Il faut rendre nos métiers plus attractifs', souligne El Hadji Faye, délégué syndical CGT de l'Hôtel Prince de Galles, à Paris.
© DR
'Il faut rendre nos métiers plus attractifs', souligne El Hadji Faye, délégué syndical CGT de l'Hôtel Prince de Galles, à Paris.

Le 18 novembre dernier, lors d’une réunion en visioconférence des partenaires sociaux de la branche des CHR, les quatre organisations professionnelles (GNC, GNI, SNRTC et Umih) ont présenté une grille de salaires commune, assortie d’une revalorisation de 10,50 % par rapport à la grille actuelle. Malgré cela, le collège salarial reste sur sa faim, certains parlant même de “provocation”. “Cette proposition n’est pas à la hauteur de l’ampleur de la crise”, regrette El Hadji Faye, délégué syndical CGT de l’Hôtel Prince de Galles, à Paris (VIIIe), et membre du comité exécutif US CGT. Lors de la réunion en mixte paritaire du 18 novembre, son syndicat a réclamé une revalorisation moyenne de 20 %. “Il faut rendre nos métiers plus attractifs et fidéliser les équipes”, souligne encore le représentant de la CGT.

“Quelque chose ne fonctionne plus !”

El Hadji Faye s’étonne, en outre , “des moyens conséquents déployés par l’État durant la crise sanitaire, qui n’ont pas empêché les plans de sauvegarde de l’emploi et de nombreux licenciements”. Un constat qu’il met en parallèle avec les quelque 200 000 postes à pourvoir, actuellement, dans le secteur des CHR : “Quelque chose ne fonctionne plus !” Enfin, il pointe les licenciements, suite aux PSE, qui engendrent des recrutements d’extras, stagiaires et sous-traitants : “Ces choix ne vont pas dans le sens d’une pérennisation de l’emploi.” Reçue plusieurs fois au ministère de l’Économie et une fois à la mairie de Paris, la CGT demande un suivi de ses observations et revendications. Pour l’heure, rendez-vous le 16 décembre pour de nouvelles négociations quant à la grille des salaires.

#salaire #grilledesalaires #CGT #attractivite


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services