×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

À Lire : La Revanche d'une femme, de Dominique Loiseau

Vie professionnelle - mercredi 9 juin 2021 17:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Saulieu (21) Alors que Blanche et Bérangère rejoignent le groupe Bernard Loiseau et qu'une nouvelle aventure commence pour la maison familiale, Dominique Loiseau revient en détail sur son histoire et son combat pour pérenniser à la fois un nom et une institution.



© Michel Lafon


“Faire le point sur la fin de [s]a vie”, témoigner. À 65 ans, c’est ce qu’a souhaité faire Dominique Loiseau, à travers son nouvel ouvrage La Revanche d’une femme, publié aux éditions Michel Lafon. Un livre intimiste, qui retrace son parcours, de son enfance à aujourd’hui. “Il y a énormément de détails, mais j’en ressentais le besoin. Et finalement, tout ce que j’ai couché sur le papier, ce sont des événements qui sont arrivés, les uns à la suite des autres, dans une espèce logique. Enfance, jeunesse, fréquentations, école d’ingénieur à Strasbourg, premier job à l’école hôtelière de Paris, auprès d’étudiants de BTS, son poste de journaliste à L’Hôtellerie Restauration, la rencontre avec Bernard Loiseau en 1986 au Trophée des Sources à Vichy.... Tout y est.

L’ouvrage, débuté deux semaines avant le confinement, a pu être finalisé grâce à cette période de pause forcée .“Il fallait se concentrer pour faire revenir des souvenirs très anciens que j’ai parfois redécouverts. Confinés, nous n’étions pas pressés par les horaires et cela m’a permis de me plonger dans des photos et de faire remonter doucement des instants de ma vie passée.” D’une manière si prégnante qu’“à certains moments je ne savais plus l’époque où je vivais ! Ça a été un gros travail, il fallait être précis et cohérent. C’est mon côté perfectionniste qui parle !”, ajoute avec humour Dominique Loiseau.

Cette revanche, elle a été prise : sur le destin, sur le drame et la tragédie de 2003, “qui aurait pu faire fermer la Côte d’Or et faire oublier le nom de Bernard Loiseau”, aujourd’hui pérennisé à force de détermination, de courage et d’espoir pour continuer à écrire l’histoire.

 


Myriam Henry
Journal & Magazine
Services