×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Un manque de visibilité qui inquiète, édito du journal du 8 janvier 2021

Vie professionnelle - mardi 5 janvier 2021 11:27
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés




Confinement total en Grande-Bretagne et au moins jusqu’à la mi-février en Angleterre, prolongation des restrictions en Allemagne… En France, la pandémie ne faiblit pas, le couvre-feu a été avancé à 18 heures dans 15 départements et le variant du virus qui se propage outre-Manche inquiète l’exécutif. Les conditions sanitaires ne sont pas favorables à la réouverture des cafés et des restaurants selon les critères fixés par le Gouvernement. La date du 20 janvier donnée en novembre par le président de la République a d’ores et déjà été balayée dans les esprits et la projection n’est pas rassurante, même si la situation sanitaire se stabilisait. Dans la visée, les vacances de février, période à haut risque si on suit la logique du Gouvernement. Moment compatible avec la réouverture des bars et des restaurants ? Rien de moins sûr.

La plupart des entreprises du secteur ont beau être sous perfusion, de multiples dégâts sociaux vont apparaître, notamment dans la transmission des savoir-faire. Que prévoit-on, par exemple, pour les apprentis en salle et cuisine qui n’ont pas trouvé d’entreprise avant le 1er novembre ? Comment un hôtel peut-il, actuellement, accueillir convenablement un stagiaire ? Des sujets désormais sur la table, au-delà des aides.

 

#coronavirus #edito


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services