Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les hôtels, ouverts mais sans perspective... Édito du journal du 6 novembre 2020

Vie professionnelle - mardi 3 novembre 2020 12:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :




Selon une enquête de l’Umih, la moitié des hôteliers en France vont fermer en novembre à cause du confinement et un tiers d'entre eux vont tenter de rester ouverts. Mais à quel prix ? Dans l’hôtellerie, les loyers représentent entre 15 et 30 % en moyenne du chiffre d’affaires et les mieux lotis ont fait cette année 50 % de leur chiffre d’affaires habituel selon le président d’Umih hôtellerie, Laurent Duc, qui ne décolère pas. “L’hôtellerie rapporte 87 millions d’euros de redevance télévision à l’État, qui a refusé le moindre dégrèvement concernant cette taxe sous prétexte que nous avons eu le droit de rester ouvert. Beaucoup échappent aux aides, contrairement aux belles annonces qui sont faites.”

Le GNI a réalisé une enquête fort instructive qui met parfaitement en exergue la problématique des holdings familiales à Paris, qui n’entraient pas dans les cases du fonds de solidarité jusqu'à ce mardi 3 novembre. Sept mois ont passé depuis le premier confinement et la situation actuelle est vécue comme un retour à la case départ mais cette fois sans perspective. Si on prend l’exemple de Cannes, l’hôtellerie, qui représente l’un des plus importants employeurs de la ville, est à 90 % fermée, faute de clientèle, et les événements qui devaient avoir lieu en mars 2021 sont déjà reportés en juin 2021.

#coronavirus #covid19 #reconfinement #confinement #edito


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
Services