×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La profession stigmatisée et cible d'un beau cafouillage, édito du journal du 22 octobre

Vie professionnelle - mardi 20 octobre 2020 11:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




Le restaurateur Stéphane Reynaud, qui participait au tour de table organisé vendredi 16 octobre à Paris avec le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a déploré devant lui une période “schizophrène” et un coup “violent” porté au secteur. Il évoquait, en disant cela, l’annonce du couvre-feu, mais aussi les différentes mesures de restrictions qui sont tombées ces dernières semaines un peu partout sur le territoire et dont les modalités d’application sont malheureusement sujettes à controverse. Peut-on boire une bière en terrasse à Paris ? Les salons de thé ont-ils le droit d’ouvrir à Lille ? Même d’éminents juristes n’ont pas la même approche des arrêtés préfectoraux. Ce qui est certain, c’est la grande difficulté à y voir clair avec des textes dont les dispositions changent d’une semaine à l’autre.

À Toulouse, c’est aussi une impression de douche écossaise qui domine. Saisi par un collectif de professionnels, le tribunal administratif a suspendu vendredi l’arrêté préfectoral qui imposait la fermeture des débits de boissons situés en zone d’alerte maximale en journée. Mais le décret publié samedi midi a ruiné tout espoir de réouverture pour les bars dans l’immédiat…

#coronavirus #covid19 #edito


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gouvernantes et service hôtelier
par Corinne Veyssière
Services