×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Faire appel à la Carsat : des subventions pour réduire les risques

Vie professionnelle - mardi 3 septembre 2019 14:56
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Besoin d'un coup de pouce pour investir dans la prévention des risques professionnels ? La Caisse d'assurance retraite et de santé au travail (Carsat) - ou la Cramif, son homologue en Île-de-France - peut vous aider à réduire les accidents du travail dans votre établissement.



Acquérir des équipements de travail, choisir du matériel adapté, former son personnel et renforcer ses compétences… La Caisse d'assurance retraite et de santé au travail (Carsat) pour les hôteliers, restaurateurs et cafetiers situés en régions, comme la Caisse régionale d'Assurance maladie d'Île-de-France (Cramif) pour les gérants franciliens, peuvent vous accompagner dans la réduction des accidents professionnels. Objectif : améliorer les conditions de travail des salariés. Les aides financières peuvent aller jusqu'à 70 % de l’investissement. Des subventions d’autant plus intéressantes qu’agir pour la santé et la sécurité au travail n’a pas de prix.

Chaque année en France, on compte 600 accidents de travail et de trajet par heure, soit 58 millions de journées perdues. Sans compter les coûts indirects d’un salarié en arrêt maladie (désorganisation des équipes, retard sur les commandes, difficulté à recruter, voire baisse du chiffre d’affaires). “Le renforcement de l’accompagnement et des incitations financières pour les entreprises, notamment les TPE-PME, a favorisé la prévention des risques”, explique Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de la Caisse nationale d’Assurance maladie, dans une note datant de 2017. Ce rapport dresse en effet un bilan annuel très encourageant, avec “plus de 104 000 visites d’entreprises, un million de personnes formées à la prévention des risques et 83 M€ d’aides aux TPE et PME”.

 

Lève-lits et lave-vaisselle à condensation

Parmi les aides proposées par la Carsat, certaines sont très souvent sollicitées. C’est le cas notamment d’Equip’mobile +, dont l’objectif est de réduire l’exposition des salariés aux risques liés au déplacement de charges. Il y a également Hôtel +, une subvention visant à prévenir le mal de dos, les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les risques chimiques. Selon les cas, les aides peuvent aussi concerner l'acquisition d'un nettoyeur-vapeur, de lève-lits, de Fixacouette®, d'un chariot motorisé, de monte-fûts, de monte-plats, de monobrosses ou encore de tablettes avec logiciel de gestion mutualisée du travail. L’ex-candidate de Top Chef et championne de France et de Belgique des desserts, Noémie Honiat, a bénéficié de TMS Pro pour son restaurant L’Univers à Villefranche-de-Rouergue, dans l’Aveyron : “Nous souhaitions faire installer une cuisine au rez-de-chaussée, plutôt qu’une seule à l’étage, pour faciliter la vie des employés qui faisaient des va-et-vient entre le gastronomique en haut et le bistrot en bas. La médecine du travail est venue et a constaté les désagréments : port de charges lourdes, escalier pentu, sol glissant… Trois mois plus tard, nous avions une aide de 25 000 € pour acheter un fourneau sur mesure et sécuriser les lieux.”

De son côté, Maxime Perier, co-gérant du Café du peintre à Lyon (VIe), a sollicité la subvention Stop essuyage. “La Carsat m’a financé un lave-verres muni d’un osmoseur.” Depuis l’arrivée de ce nouvel équipement en cuisine, beaucoup de choses ont changé pour la brigade : gain d’une heure et demie chaque jour à ne plus devoir essuyer les verres à la main, plus aucune casse de verres (un poste coûteux), et aucun arrêt maladie. “Je suis convaincu que travailler avec du matériel adapté, c'est moins d'absentéisme, moins de restrictions d'aptitudes et plus de productivité ”, résume Maxime Perier, qui concède toutefoise que l’entretien d’une telle machine peut s’avérer coûteux par la suite.

 

#Financement #Carsat #Cramif #AccidentsDuTravail


Mylène Sacksick
Journal & Magazine
Services