×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Michel Guérard : "Un syndicat ne doit pas vivre replié sur lui-même"

Vie professionnelle - jeudi 21 mars 2019 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Eugenie-les-Bains (40) Très impliqué dans le profession, le chef des Prés d'Eugénie était présent à l'assemblée générale de l'Umih des Landes, le 4 mars denier.



Michel Guérard : 'Sur un effectif à l'année de 220 personnes, on recrute environ 50 salariés par an.'
© Brigitte Ducasse
Michel Guérard : 'Sur un effectif à l'année de 220 personnes, on recrute environ 50 salariés par an.'

L'Hôtellerie Restauration : Comment voyez-vous l’évolution du syndicalisme patronal ?

Michel Guérard : Le syndicalisme patronal est utile pour tenter de régler certains problèmes auprès des politiques. Mais il faut ajuster cela à l’avenir de la profession : qu’est ce que l’hôtellerie, la cuisine de demain ? Tout cela est une histoire de mode que l’on ne peut pas laisser de côté. Il y a de vraies réflexions de fond à mener. Un syndicat ne doit pas vivre replié sur lui-même. Il doit s’ouvrir aux autres, écouter.  

 

En tant que patron d'un établissement classé palace, êtes-vous impacté par le mouvement des gilets jaunes ?

On l’a été en fin d’année avec la perte de séminaires d’une quinzaine de personnes. Mais le bilan est anecdotique, une perte de 1 à 2 % de chiffre d’affaires. Le fait que l’on soit perdu au milieu de nulle part nous protège !

 

Dans votre établissement, comment gérez-vous le recrutement ?

Sur un effectif à l’année de 220 personnes, on recrute environ 50 salariés par an. Or, on n’a jamais eu de problème parce ce que c’est une affaire gérée comme une maison familiale,. Il y a une reconnaissance de nos collaborateurs qui est très appréciée. Lorsque les jeunes partent, ils parlent entre-eux et doivent dire “La Maison Guérard, tu peux y aller, c’est sympa !”.

 

#MichelGuerard


Brigitte Ducasse