×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La parole se libère - édito du journal du 9 novembre 2017

Vie professionnelle - mercredi 8 novembre 2017 09:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Plus d'une femme sur deux en France et plus de six jeunes femmes sur dix ont déjà été victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle d'après un sondage Odoxa-Dentsu pour France Info et Le Figaro paru fin octobre. Avec l'affaire Harvey Weinstein, les actrices ont ouvert une brèche planétaire sur un sujet minimisé, banalisé, relégué au rang d'usage ou au cas exceptionnel.La prolifération des témoignages sur #balancetonporc montre une dure réalité. Aucun univers n'échappe au machisme quotidien, pas même le secteur de l'hôtellerie-restauration.

Les clients indélicats qui troussent les femmes de chambres ou mettent la main aux fesses des serveuses font partie du triste tableau. Les Américains ont pris l'affaire Dominique Strauss-Kahn au sérieux, l'aurions-nous fait ? Et qu'en est-il au sein des équipes, dans les bureaux, dans les cuisines ? Les quelques professionnels à qui j'ai posé la question estiment pourtant le secteur moins exposé que d'autres. La difficulté à trouver et fidéliser le personnel jouerait aussi en faveur d'une meilleure écoute.Oubliés les commentaires incongrus sur le physique et les blagues salaces ? L'enquête d'Odoxa indique que ce qui était accepté par leurs aînées n'est absolument plus toléré par les jeunes femmes. La parole se libère à grande échelle avec le changement de génération.

N'oublions pas aussi que le harcèlement peut exister à l'égard des garçons, surtout quand ils sont jeunes. Sans tomber dans un phénomène schizophrène, qui serait contre-productif, il est important de faire bouger les curseurs dans le bon sens.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services