×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

OTA : Le Sénat italien fait tomber les clauses de parité

Vie professionnelle - vendredi 4 août 2017 16:25
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Les hôteliers italiens vont retrouver leur liberté de gestion.
© Thinkstock
Les hôteliers italiens vont retrouver leur liberté de gestion.

Le Sénat italien a adopté mercredi 2 août dans sa la loi sur la concurrence une disposition analogue à celle en vigueur en France depuis 2015, rendant nulles les clauses de parité dans les contrats entre hôteliers et plateformes de réservation en ligne (OTA) relaie l'Umih avec satisfaction. Quatre pays  européens ont donc aujourd'hui sauté le pas : La France, l'Autriche, l'Allemagne et l'Italie, en rendant aux hôteliers leur liberté tarifaire et de gestion. 4 pays qui représentent une part majoritaire du parc hôtelier européen souligne l'Umih.  « Le mouvement engagé dans chacun des pays membres s'amplifie. Il doit trouver sa traduction au sein des textes européens au moment où l'Europe conduit une réflexion sur le Digital Single Market » estiment  Roland Héguy, président confédéral de l'Ummih et Jacques Barré, président du GNC. Pour Laurent Duc, président d'Umih Hôtellerie, désormais optimiste, ces dispositifs ont toutes les chances de faire boule de neige : « d'un point de vue européen, de plus en plus de pays devraient se sentir encouragés par ces exemples pour limiter la domination des plateformes en ligne et réduire les déséquilibres au bénéfice des consommateurs et des hôteliers européens. Nous soutenons tout particulièrement les initiatives parlementaires similaires en cours en Belgique et en Suisse et leur souhaitons le même succès » dit-il.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et équiper son restaurant
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services