×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les exploitants de plage demandent la suspension du décret plage

Vie professionnelle - jeudi 11 mai 2017 16:44
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les professionnels, réunis en convention nationale à l'initiative de l'Umih, ont durci le ton.



Mercredi 10 mai, l'Umih organisait la deuxième convention nationale des plagistes, qui s'est tenue à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes). En présence de nombreux élus de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, les plagistes de Cannes, Antibes, Nice, Pampelonne, Marseille, de Corse mais aussi de l'Hérault et de La Baule ont une nouvelle fois rappelé les difficultés rencontrées par l'application du décret plage. 

Pour Thierry Grégoire, président de la branche des saisonniers de l'Umih, le ton se durcit : "Un décret datant de 2006 qui ne s'applique pas depuis onze ans montre bien qu'il est imparfait et doit être amendé. Les revendications des plagistes sont connues depuis longtemps, c'est pourquoi, aujourd'hui, nous demandons une suspension du décret plage. Et ensuite, nous reprendrons les négociations. Il faut établir une cartographie de tous les littoraux et trouver des solutions applicables." Pour Roland Héguy, président confédéral de l'Umih, "il faut trouver d'urgence un terrain d'entente pour nos entreprises et nos emplois et éviter d'opposer l'économie, l'écologie et le social." Et de rappeler que l'application du décret plage en l'état provoquera la disparition de 2 000 emplois.

Plus de souplesse au niveau local

Trois points cristallisent l'inquiétude des plagistes, qui, s'ils en acceptent les principes, demandent plus de souplesse au niveau local : que la démontabilité des établissements n'intervienne qu'en fin de concession et pas à chaque fin de saison, que la durée d'attribution des concessions soit allongée pour pouvoir amortir les investissements et que le taux d'occupation du domaine public maritime soit calculé en linéaire commune par commune. "Nous ne demandons pas à transgresser la loi littoral, a insisté le président confédéral. Nous voulons juste réformer un décret qui ne prend pas en compte les spécificités locales. À part en Corse où une vraie discussion a été ouverte, ailleurs rien n'a bougé. Le Gouvernement doit prendre des engagements."

À ce jour, si tous les littoraux rencontrent des difficultés, la situation est particulièrement tendue à Antibes, Juan-Les-Pins et Golfe-Juan où les destructions des établissements sont prévues pour le 15 septembre (lire encadré).

Une lettre ouverte a été envoyée au futur Gouvernement, tandis que les plagistes envisagent une action à l'occasion du Festival international du film, qui va se tenir à Cannes dans une semaine.

Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services