×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Compte de pénibilité : Vincent Sitz témoigne de l'irréalisme du texte

Vie professionnelle - vendredi 1 juillet 2016 11:40
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Vincent Sitz interrogé par la CGPME.
Vincent Sitz interrogé par la CGPME.

Alors que les six derniers critères du compte personnel de prévention de la pénibilité entrent en vigueur aujourd'hui, vendredi 1 er juillet, la CGPME a demandé à plusieurs patrons de TPE et PME comment ils voyaient l'application de cette loi.  Pour le restaurateur parisien, Vincent Sitz qui emploie 19 salariés, le critère dit 'de manutentions manuelles de charges' est inapplicable. « On réceptionne tous les jours des produits frais. Je n'ai pas une personne dédiée à la réception. » Impossible de dire combien de kilos sont portés par chaque salarié. Il évoque aussi les sacs poubelles. Appliquer la loi reviendrait de demander à chaque salarié qui sort un sac de le peser et de préciser combien de temps il l'a porté. « C'est juste irréalisable » termine Vincent Sitz.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services