×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Attentat de Nice : les plages de la Promenade des Anglais reprennent l'activité dans un contexte difficile

Vie professionnelle - jeudi 21 juillet 2016 09:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nice (06) Après le drame, Le Blue Beach a rouvert dans une ambiance pesante et inhabituelle. Un retour au quotidien difficile pour les professionnels, mais soutenus par leur clientèle.



René Colomban, gérant de la plage Le Blue Beach : 'On a reçu des messages de soutien du monde entier, les clients sont gentils, c'est très réconfortant.'
René Colomban, gérant de la plage Le Blue Beach : 'On a reçu des messages de soutien du monde entier, les clients sont gentils, c'est très réconfortant.'

René Colomban, gérant de la plage Blue Beach à Nice, et ses employés ont vécu une nuit d'horreur le 14 juillet. La plage, située en contrebas de la Promenade des Anglais, sur le passage du camion meurtrier, a servi de refuge dans un grand moment de confusion et de panique.

Alors que tout le quartier a été fermé et interdit d'accès, le 15 juillet au matin, René Colomban revient pour relever son veilleur de nuit. "La plage était fermée, j'ai passé la journée seul à garder l'établissement. Le plus étrange, c'est qu'il n'y avait aucun bruit. Tout le quartier était bouclé pour l'enquête." Le 16 juillet, René Colomban a rouvert sa plage avec l'autorisation de la préfecture. "La chaussée nord de la promenade était ouverte à la circulation, la partie sud fermée, recouverte de fleurs et de bougies. On avait l'impression de traverser un cimetière pour descendre sur la plage, c'était surréaliste. Mais il fallait reprendre le travail, ça occupe l'esprit et évite de ruminer."

 

Une équipe en état de choc

Pour autant, tous ses employés n'étaient pas en état de revenir à la plage tout de suite. "Cinq ou six d'entre eux sont vraiment choqués. Au-delà des scènes de panique qu'on a vécu, c'est surtout la vision des corps et des blessés sur la promenade qui les a marqués. Je les ai mis au repos et envoyés vers la cellule psychologique, ça leur a fait du bien d'en parler."

Hasard du calendrier, samedi soir, le Blue Beach accueillait un mariage, prévu de longue date. "C'est difficile d'annuler, un mariage c'est une longue préparation pour la famille. J'ai expliqué aux mariés qu'on ne pourrait pas mettre de musique, qu'on assurerait la prestation mais qu'il était hors de question de faire une grosse fête. Ils ont compris bien sûr. Cela a été très dur d'assurer ce service."

Une semaine après le tragique événement, tous les employés ont repris le travail. Bien que la plage retrouve un peu de fréquentation, l'ambiance dans la ville reste lourde. "On n'entend pas les cris d'enfants sur la plage comme d'habitude, tout semble plus calme, l'ambiance est pesante", commente René Colomban. Les clients sont compatissants. "On a reçu des messages de soutien du monde entier, les clients sont gentils, c'est très réconfortant. La fréquentation va être plus calme pendant quelques jours, c'est normal et ce n'est pas le plus grave. Mais la vie va et doit reprendre son cours. Dans tous les cas, je garderai l'ensemble de mon personnel. Je les ai rassurés sur ce point, c'est un devoir et un engagement que je tiendrai. En travaillant, on s'occupe l'esprit, c'est comme ça que ça ira mieux", espère-t-il.


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services