×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n° 3485 du 11 février 2016 : "Économie collaborative : un pas en avant"

Vie professionnelle - mercredi 10 février 2016 10:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le rapport sur l'économie collaborative de Pascal Terrasse, remis lundi 8 février au Premier ministre, Manuel Valls, va dans le sens souhaité par les organisations professionnelles de l'hôtellerie et de la restauration, qui dénoncent les dérives de cette économie. Si le député PS de l'Ardèche parle "d'une alternative crédible à un modèle de consommation qui s'essouffle", elle nécessite selon lui un encadrement, notamment sur le plan fiscal. Il pose d'ailleurs les bases d'une clarification : "L'administration devra expliquer que certaines activités ne créent pas de revenu imposable et que, quand elles dépassent la pratique amateur, ces activités exigent que l'utilisateur s'enregistre en tant que professionnel."

Si le principe existe déjà pour les loueurs d'appartements meublés occasionnels qui, normalement, doivent s'inscrire au registre du commerce, l'étendue du mouvement collaboratif réclame aujourd'hui de nouvelles définitions. Jusqu'à quel point est-on amateur ? Quand devient-on professionnel ? Dans ses propositions, le député rejoint encore les préconisations des organisations patronales du tourisme, lorsqu'il suggère que les plateformes transmettent directement aux administrations fiscales les montants des revenus dégagés par les hôtes quand elles en ont connaissance. Maintenant, quel sera le poids accordé à ce rapport ? Va-t-il faire bouger les curseurs ? L'espoir fait vivre.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Recettes de chef à chef
par Marcel Mattiussi
Services