×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Création d'une taxe additionnelle de séjour en Haute-Garonne : les hôteliers demandent des comptes

Vie professionnelle - mercredi 10 février 2016 12:37
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toulouse (31) Les professionnels s'insurgent de cette décision qui risque de freiner l'activité dans leurs établissements et réclament l'application de la même fiscalité aux loueurs de meublés touristiques.



e gauche à droite : Sandra Lampée-Baumgartner (présidente de Club hôtelier toulousain), Didier Vincent (vice-président du Club hôtelier toulousain), Lionel Bouchand (président du GNC), Frédéric Michel (président de la branche hôtellerie de l'Umih 31).
© Sandrine Pelata
e gauche à droite : Sandra Lampée-Baumgartner (présidente de Club hôtelier toulousain), Didier Vincent (vice-président du Club hôtelier toulousain), Lionel Bouchand (président du GNC), Frédéric Michel (président de la branche hôtellerie de l'Umih 31).


Le conseil départemental de la Haute-Garonne vient de voter une taxe additionnelle de 10 % à la taxe de séjour, qui sera payée par les clients. Les hôteliers, en colère, redoutent l'impact sur la facture. "Cette hausse est un frein à notre activité", s'insurge Frédéric Michel, président de la branche hôtellerie de l'Umih 31. "Il n'y a pas eu de concertation. On nous met devant le fait accompli", ajoutent Sandra Lampee-Baumgartner, présidente du Club hôtelier toulousain, et Lionel Bouchand, du GNC. "C'est un geste méprisant envers toute la profession. C'est le consommateur qui va payer et nous ne sommes pas d'accord", ajoute Frédéric Michel. Le rendez-vous accordé par le président du comité départemental du tourisme, Romain Cujives, ne les a pas satisfaits.

Ces deux dernières années, les prix à la nuitée ont reculé en moyenne de 1 % à Toulouse, notamment dans la catégorie haut de gamme. "Les hôteliers ont rogné sur leurs marges, explique le responsable de l'Umih. On aurait plutôt besoin que l'état allège notre fiscalité. On dirait que les politiques sont en décalage avec notre réalité."

 

300 000 € de recettes supplémentaires pour le département.

En Haute-Garonne, la taxe de séjour (sans cette taxe additionnelle) rapporte 3 M€ par an en moyenne au département : "Nous demandons des comptes, ajoute Frédéric Michel. Cette somme est reversée au département afin de promouvoir le tourisme. Certes, le tourisme d'affaires se porte bien mais on a du mal à faire venir les touristes le week-end. Nous voulons des actions concrètes."

Autre problème dans la Ville Rose : 13 000 chambres sont disponibles et plus de 3 000 louées par des particuliers. "Il faut arrêter l'hémorragie. Les locations entre particuliers doivent être soumises aux mêmes règles que les professionnels, et s'acquitter également de la taxe de séjour. C'est au maire de la ville de faire appliquer la règle. Il s'y était engagé l'an dernier." Une pétition a été mise en ligne sur le site www.change.org.

Dorisse Pradal
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services