×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Insécurité sur le trajet travail-domicile : "Depuis 20 ans, j'ai toujours vu les collaborateurs se ramener entre eux"

Vie professionnelle - jeudi 21 janvier 2016 16:33
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Tercé (86) Laurent Lutse dirige le domaine du Normandoux, dans la Vienne. Il préside également la branche café, bars, brasseries et monde de la nuit de l'Umih.




L'Hôtellerie Restauration : Des dispositifs spéciaux existent-ils pour accompagner, au retour du travail, les collaborateurs sur le chemin du domicile ?

Laurent Lutse : Les employés se sont toujours arrangés entre eux. Un collègue n'est jamais abandonné à lui-même sur un parking de restaurant à une heure tardive. Avant même de commencer son travail, il sait qui va le ramener chez lui et comment. C'est naturel et autogéré dans les CHR. Le covoiturage est une pratique courante et ancienne dans notre profession. Je le vois bien personnellement, puisque mon entreprise est perdue dans les terres. Mais avant une embauche, on se préoccupe de savoir comment est véhiculé le postulant. Il m'est arrivé de faire tourner la navette des clients une dernière fois pour raccompagner des employés, surtout lorsque ce sont des femmes. Dernièrement, pour le Nouvel An, nous avions du verglas, donc j'ai mis à disposition des chambres pour mes salariés sans qu'ils le demandent. Ce sont des initiatives évidentes. De même nous adaptons les emplois du temps pour que des employés qui sont voisins puissent faire la route ensemble.


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services