×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n° 3450 du 11 juin 2015 : "Comment se vendre"

Vie professionnelle - mercredi 10 juin 2015 12:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Cette semaine, le groupe Accor (rebaptisé AccorHotels) a créé la surprise avec l'annonce de l'ouverture de sa plateforme de distribution aux hôteliers indépendants. Les 3 800 hôtels du groupe dans le monde en font partie. En 2018, 10 000 établissements devraient y être référencés, selon les premières projections, avec 500 nouveaux entrants en France. Mais AccorHotels ne va pas ouvrir les vannes et accueillir tous les volontaires. Comme le précise Sébastien Bazin, p.-d.g. du groupe, une grille de critères qui prend en compte la taille, le lieu, la catégorie de l'établissement… a été élaborée. Il y aura donc une sélection.

Ce ne sont pas les hôtels du groupe qui vont se plaindre d'être protégés un minimum face à la concurrence. Mais l'Umih et la CPIH sont montées au créneau pour défendre un autre point de vue : cette plateforme est un "outil supplémentaire de distribution" qui pourrait "concurrencer efficacement Booking.com et Expedia et éviter d'affaiblir la visibilité de la petite hôtellerie rurale" si cette nouvelle offre concernait l'ensemble de l'hôtellerie indépendante. À l'heure où la crise sévit, on ne peut que se réjouir de voir les canaux comme les offres se multiplier. Aux professionnels de faire leur choix, d'évaluer les services au regard des commissions, de la visibilité de leur maison et de leurs attentes.

Comment se vendre, ce n'est pas une question qui taraude les restaurants figurant dans la liste des 50 Best. À Londres, le "baromètre mondial" a couronné à nouveau les frères Roca, El Celler de Can Roca à Gérone (Espagne), déjà lauréats en 2013. Le point commun entre les heureux élus figurant sur cette liste ? Ils sont ravis. Les réservations explosent (en haut du classement) et le chiffre d'affaires fait un bond non négligeable. Mieux encore, leur notoriété grimpe en flèche à l'international. À en croire les organisateurs (William Reed Business Media), d'autres projets pour aider les restaurateurs à se promouvoir sont dans les tuyaux. À évaluer également.


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services