×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n° 3437 du 12 mars 2015 : "RSI, l'urgence du terrain"

Vie professionnelle - mercredi 11 mars 2015 16:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Doubles appels de cotisation, calculs incompréhensibles, procédures de recouvrement abusives, retraites non versées… Les griefs des entrepreneurs à l'égard du régime social des indépendants (RSI) sont multiples et vont en s'accentuant, même si les choses se seraient améliorées depuis le 1er janvier, dixit le RSI. Le dossier, fait de cas uniques, est extrêmement compliqué à résoudre. Mais son enlisement est socialement intolérable et la manifestation qui s'est déroulée lundi dans les rues de la capitale montre un ras-le-bol profond des cotisants.

La simplification qui présidait à la création du RSI, en 2006, a tourné à l'usine à gaz. Qui en sont les malheureux instigateurs : des privés nantis d'une mission de service public, des partenaires sociaux en décalage avec le terrain ? Une seule certitude, le débat fait perdre du temps aux solutions concrètes qu'il faut mettre en place au plus vite. Les travailleurs indépendants - ils sont six millions d'assurés au RSI en France - ont le droit d'être écoutés, entendus et respectés dans leurs démarches. Faut-il faire éclater le système ? Laisser l'entrepreneur s'assurer là où il veut ?

"Les attentes des chefs d'entreprise en termes de protection sociale sont différentes de celles des salariés", estime la CGPME qui milite pour le maintien d'un "régime spécifique piloté par des chefs d'entreprise pour des chefs d'entrepris indépendants. À condition d'en corriger le fonctionnement." Corriger peut-il suffire, à ce stade de gronde et d'injustices vécues ? L'Umih plaide pour une gouvernance composée à moitié de chefs d'entreprise et à moitié d'organisations professionnelles représentatives. Qu'importe, a-t-on envie de répondre à ce stade, pourvu que ça marche.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services