×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Equip'Hotel 2014 : Le fait maison au coeur des débats

Vie professionnelle - mardi 25 novembre 2014 16:36
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Plusieurs représentants de la restauration traditionnelle, thématique et collective sont venus débattre de cette nouvelle appellation lors de la table ronde organisée par Mediapolitain lundi17 novembre.



De gauche à droite : Eric Lepecheur, Laurent Caraux, Véronique  Gaulon, Didier Chenet et Laure Blagojevic directrice associée de Mediapolitain
De gauche à droite : Eric Lepecheur, Laurent Caraux, Véronique Gaulon, Didier Chenet et Laure Blagojevic directrice associée de Mediapolitain


Dans la continuité de son livre blanc sur le fait maison, Mediapolitain, agence de communication dédiée au secteur de la restauration, a organisé la table ronde 'Fait maison, plus qu'une mention une tendance' lors du salon Equip'Hotel, le 17 novembre à Paris. Elle réunissait Véronique Gaulon, présidente de l'Umih Centre et chargée du dossier Maître restaurateur à l'Umih, Didier Chenet, président du Synhorcat, qui représentaient le secteur de la restauration traditionnelle, Laurent Caraux, président d'honneur du SNRTC, représentant les chaînes de restauration thématique, et Éric Lepêcheur, président de Restau' Co, pour la restauration collective.

Selon Didier Chenet, la nouvelle réglementation - que son syndicat soutient - constitue un élément positif qui amène de la transparence pour la clientèle. Elle n'est néanmoins pas parfaite et n'est pas un gage de qualité, regrette-t-il. Véronique Gaulon considère que cette appellation est utile en restauration traditionnelle, car elle permet d'identifier la cuisine proposée dans un secteur où l'offre est la plus variée, contrairement à la restauration thématique.

Laurent Caraux estime que le seul intérêt du texte est de mieux définir les plats faits maison. Il est très critique sur l'obligation d'afficher la définition de l'appellation dans tous les établissements de restauration, qu'ils proposent ou non des plats fait maison, et déplore que cette réglementation laisse penser que ce qui n'est pas fait maison est forcément mauvais.

La restauration collective n'est pas concernée par le fait maison, explique Éric Lepêcheur. Toutefois, de nombreux établissements souhaitent revendiquer l'appellation quand cela est possible.

Un visiteur du salon, qui a le projet d'ouvrir une crêperie dans laquelle il préparera lui-même sa pâte à crêpes, demande s'il a intérêt à le préciser sur ses cartes. "Si vous proposez du fait maison, alors dites-le et faites-le savoir. Il ne faut pas raisonner par rapport au texte mais par rapport à vos clients", lui répond Laurent Caraux. Un restaurateur toulousain, qui propose des plats faits maison, défend l'utilisation de produits bruts car cela lui permet d'utiliser des produits congelés et ne le restreint pas aux seuls produits frais. "Il faut vivre avec son temps", soutient-il.

Pascale Carbillet

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services