×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n°3321 du 20-12-2010 : "Carte Thalys"

Vie professionnelle - mercredi 19 décembre 2012 12:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Que n'a-t-il pas dit ! En claironnant sa décision de vivre en Belgique, et de renoncer à la nationalité française, Gérard Depardieu, dont la discrétion n'est certes pas la vertu première, s'est attiré les foudres de tous les bien-pensants de la gauche gouvernementale. Les cyniques songeront que notre star nationale aurait mieux fait de se taire, et de bénéficier, comme tant d'autres personnalités du showbiz, des arts ou des lettres, de la bienveillance médiatique réservée aux prudents 'taiseux', qui alimentent leurs comptes en banque sous des cieux plus cléments que ceux de l'Hexagone.

Il est vrai que nombre d'entre eux affichent des opinions qui les mettent à l'abri de la réprobation politicienne (encore que, pour Dominique Strauss-Khan, Jérôme Cahuzac et d'autres personnalités qu'il est difficile d'assimiler au prolétariat exploité, la mansuétude a ses limites), tandis que celui qui incarna Christophe Colomb, Charles Quint, Cyrano et quelques autres - excusez du peu - n'a pas peur de mâcher des mots désagréables à entendre.

Car au-delà de l'invective, Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin devraient se livrer à l'analyse critique d'une situation qui semble aujourd'hui avoir atteint un point de non-retour fiscal. Tout est dit dans la phrase de Gérard Depardieu lorsqu'il s'écrie : "Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait la différence, doivent être sanctionnés."

Cet appel au bon sens mérite évidemment une autre réponse que la "minable" sortie du Premier ministre. À force de jeter l'anathème sur cette France qui 'se lève tôt', pour reprendre une expression qui connut naguère son heure de gloire, la tentation du départ des talents, créateurs, chercheurs, entrepreneurs vers des rivages plus accueillants risque de mettre en cause la capacité de notre pays à se maintenir dans le peloton de tête des nations.

L'esclandre de Gérard Depardieu n'est pas anodin. On ne quitte pas la rue du Cherche-Midi pour un abonnement à la carte Thalys, le TGV Paris-Bruxelles, de plus en plus fréquenté, et pas par des milliardaires.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services