×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n°3287 du 26 avril 2012 : "Réalisme"

Vie professionnelle - mercredi 25 avril 2012 17:09
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Seul pays d'Europe occidentale à élire son chef de l'État au suffrage universel direct, la France offre en outre à ses citoyens le luxe d'un second tour qui permet sans doute de mieux réfléchir aux enjeux du scrutin.

Certes, mais cette particularité ne contribue pas véritablement à la clarification des positions et propositions des candidats à la magistrature suprême, dont seuls les deux prétendants les mieux placés sont en lice pour l'Élysée. Car selon les doctes politologues qui observent le fonctionnement si particulier de notre démocratie, "au premier tour, on élimine, au second, on choisit", en oubliant toutefois qu'entre temps le choix s'est considérablement restreint.

Raison de plus pour examiner avec la plus grande attention ce que les deux finalistes du 6 mai prochain proposent dans le domaine économique afin de relancer une activité en berne plombée par le poids de la dette publique, les incertitudes internationales, le recul de nos exportations sur les marchés extérieurs, sans oublier un culte excessif du pessimisme ambiant.

Sans rajouter au scepticisme exprimé dimanche dernier dans les urnes, il serait naïf de considérer que, le 7 mai au matin, quel que soit le nom de l'heureux (?) vainqueur, nous serons à l'aube des lendemains qui chantent. Que nous annonce-t-on en faveur des PME, que prévoit-on pour relancer l'emploi et la formation professionnelle, que nous dit-on de la fiscalité et des charges sociales ? Pas grand-chose, après des semaines où les principaux candidats ne furent pas avares de considérations sur la viande hallal, le permis de conduire ou les éoliennes en mer. Tous sujets sans doute fort honorables mais qui avaient surtout l'immense mérite de masquer un flou inquiétant sur les grandes options économiques face aux exigences d'une mondialisation en marche.
Il reste quelques jours pour mesurer les véritables enjeux de cette élection, au-delà des empoignades cathodiques, des anathèmes de préaux et des indignations sélectives.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services